To Major Tom

  • David Bowie était un lecteur compulsif qui ne se déplaçait jamais sans sa bibliothèque portative. Trois ans avant sa mort, en 2013, dans le cadre de la mémorable exposition qui lui a été consacrée, il a offert au public une liste des cent livres l'ayant le plus influencé. Dans cet ouvrage, John O'Connell a choisi de les passer en revue en examinant leur impact sur la vie et l'oeuvre de la star.
    Dans un premier temps, les titres semblent se succéder comme autant de pièces d'un puzzle insoluble : que viennent faire 1984 ou Sur la route à côté des Chants de Maldoror ? Fiction, essais, revues de bandes dessinées, occultisme, spiritualité, psychologie et histoire de l'art... La liste et les domaines qu'elle englobe sont pour le moins éclectiques !
    Au fil des pages, l'auteur nous abreuve d'indices et d'une mine d'anecdotes qui permettent de se faire une idée plus précise de cet artiste transformiste. Un éclairage passionnant sur un esprit curieux, qui a su se nourrir de ses diverses passions pour construire une carrière et une oeuvre devenues cultes.

  • En novembre 2019, Jérôme Soligny a publié David Bowie : David Bowie : Rainbowman (1967-1980), le premier tome d'une étude de l'oeuvre du musicien anglais enrichie des témoignages exclusifs de ceux qui, depuis ses débuts anonymes dans la banlieue de Londres jusqu'à ses mutations des 70s, ont participé à son odyssée fantastique ou en ont été les témoins. Dans ce second tome, après quatre années de recherche et de retranscription d'autres propos recueillis, l'auteur poursuit, sous le même angle factuel et musical, avec les quatre dernières décennies de la carrière de Bowie. De la superstar blonde qui a fait danser la planète sur «Let's Dance» à l'ermite new-yorkais qui a conçu ses deux derniers albums dans le plus grand secret, en passant par les années de réaffirmation rock (avec Tin Machine) et celles en mode exploratoire (Outside, Earthling), toutes les facettes de la personnalité de ce musicien curieux et insatiable sont examinées par Jérôme Soligny et ses interlocuteurs. Logiquement, ils sont très nombreux à s'exprimer dans le chapitre consacré à Blackstar, ultime album de David Bowie, paru deux jours avant son décès. Le rocker aux mille et un mystères, dont les techniques de création, le discernement et la sagesse impressionneront ses compagnons de route jusqu'aux derniers, n'aura eu de cesse de surprendre et de fasciner.

  • Un ouvrage exceptionnel pour un artiste hors norme.
    Il y a cinq ans disparaissait une icône de la musique et du style, mais la musique et les photographies de David Bowie restent bien vivaces. De ses débuts dans les années 1960 aux dernières années de sa vie, il a été l'un des artistes les plus photographiés : cet ouvrage rassemble une collection inédite d'images retraçant toutes les époques de sa vie.

  • Un demi-siècle après ses débuts, la carrière protéiforme de David Bowie représente encore un modèle en termes d'art audiovisuel, constamment à la frontière de l'avant-garde et du divertissement. Croisement d'influences et de collaborateurs sans cesse renouvelés - notamment Andy Warhol, Brian Eno, Nile Rodgers ou Nine Inch Nails - l'oeuvre de Bowie se veut en perpétuelle mutation. Ayant inspiré pendant des décennies des créateurs aussi divers que Joy Division, Prince, Radiohead ou Lady Gaga, tous marqués par son travail sur le rapport entre musique et image et par l'équilibre qu'il instaure entre expérimentation et pop music, Bowie est à l'honneur dans le livre de Matthieu Thibault. Il analyse ainsi la discographie complète de l'artiste période par période, collaborateur par collaborateur, des premiers singles mods du milieu des sixties jusqu'aux adieux étincelants de Blackstar en janvier 2016.

  • La vie du "caméléon de la pop" en BD.
    Quand un monstre du comics s'attaque à un monstre de la pop musique cela donne une BD hors du commun. Grand admirateur de l'esthétique de David Bowie, Mike Allred a décidé de mettre en images les plus grandes séquences de la vie d'un monstre de la pop culture.

  • David Bowie ; a life

    Dylan Jones

    • Ring
    • 10 Janvier 2019

    David Bowie : A life est une biographie kaléidoscope acclamée à travers le monde, articulée autour de plus de 180 interviews compilées de 1947 à sa mort. Dylan Jones livre des témoignages de première main : amis, rivaux, amants, maîtresses ou encore collaborateurs de l'artiste, s'exprimant parfois pour la première fois.
    Le journaliste relate les détails de la vie de Bowie, de sa banlieue londonienne de naissance en passant par New York, Los Angeles, Berlin et tous les lieux où il a puisé les innombrables inspirations qui ont façonné son immense carrière. Les anecdotes vont de la chambre à coucher au studio d'enregistrement et nous dessinent les multiples facettes de cet être aussi tourmenté qu'exceptionnel. Bowie lui-même se prête à l'exercice avec de nombreux entretiens donnés à Dylan Jones. Plus qu'une biographie, ce livre retrace le cheminement, souvent tortueux, parfois cruel, mais toujours fascinant de cet artiste unique et inoubliable.

  • Ce roman, écrit après le décès de David Bowie le 10 janvier 2016, met en parallèle le récit de la carrière du chanteur et des moments dans la vie de l'un de ses fans assidus.

  • Ce livre parle de quatre petites minutes. Quatre petites minutes qui ont secoué le monde. 6 juillet 1972 : David Bowie débarque sur le plateau télé de The Top Of The Pops pour présenter le premier single de son nouvel album, The Rise And Fall of Ziggy Stardust and the Spiders From Mars. Un choc ! Moulé dans une combinaison multicolore aux reflets fluo, chaussé de bottines rouge cerise, David Bowie, cheveux orange de feu, une guitare acoustique d'un bleu éclatant en bandoulière, bouscule tous les codes de l'époque pour apparaître en flamboyant alien, glamour et décadent, sur les notes d'un hymne venu d'ailleurs, Starman. Le mythe Ziggy est né. En quatre minutes historiques, David Bowie donne subitement de nouvelles couleurs à la pop, à la mode, à l'Angleterre et très bientôt au monde, dont il devient une des plus immenses stars

  • Brian Duffy a défini la photographie des années 1960. Il était aussi célèbre que les stars qu'il a photographiées. Avec David Bailey et Terence Donovan, il est reconnu comme l'un des grands novateurs de la photographie de mode, un style qui a révolutionné la photographie dans la mode, plus encore l'industrie de la mode.
    Les plus célèbres photographies de Duffy datent des années 1970, parmi lesquelles la pochette révolutionnaire et emblématique d'Aladdin Sane de Bowie, une prise de vue qui est entrée dans l'histoire sous le nom de Mona Lisa of Pop. Le photographe et la rock star ont collaboré sur quatre autres projets : Ziggy Stardust, The Man Who Fell to Earth, Scary Monsters (and Super Creeps) et Lodger. Ils ont travaillé ensemble lors des années phares de David Bowie ; quand le roi du glam rock s'est débarrassé de cette image, ce que Duffy a su immortaliser sur son appareil-photos.
    Écrit par Kevin Cann, le biographe de Bowie, Duffy par Bowie - cinq séances photos fourmille d'anecdotes et de commentaires de la part de ceux qui ont participé à ces séances - dont Tony Defries (manager de Bowie à l'époque de Ziggy Stardust), Celia Philo (designer) et Philip Castle (artiste de coiffure) pour la mythique séance d'Aladdin Sane ; Francis Newman (le directeur du studio de Duffy), May Routh (créatrice de costumes) pour The Man Who Fell to Earth ; Geoff MacCormack (musicien et ami d'enfance de David Bowie), Derek Boshier (directeur artistique de Lodger) et Natasha Kornilof (créatrice des costumes pour la séance de Scary Monsters). L'ouvrage comprend aussi de nombreuses images inédites et prises en coulisses.

  • « Je me souviens très clairement de ma réaction physique à l'écoute de Suffragette City. La pure excitation corporelle produite par cet objet sonore était presque insupportable. Comment définir cette sensation ? C'était. sexuel, tout simplement. Sans même que je sache ce qu'était le sexe. J'étais vierge. Je n'avais jamais embrassé personne et n'en avais même jamais ressenti le désir. Au moment où la guitare de Mick Ronson est entrée en collision avec mes organes internes, j'ai ressenti dans ma chair quelque chose de puissant et d'étrange que je n'avais jamais connu auparavant. Où était Suffragette City ? Quelle route pouvait bien y mener ? J'avais douze ans. Ma vie venait de commencer. » Ce récit drôle et sensible, écrit à la première personne par l'un des philosophes anglais les plus doués de sa génération, offre une réflexion originale, à la fois intime et philosophique, sur l'univers flamboyant de Bowie, son évolution sur plusieurs décennies en même temps que sa remarquable cohérence.

  • Lorsque Little Minot s'endort, il se passe toujours des choses étranges. Vraiment étranges...
    Un soir, alors que leurs parents sont sortis dîner, Michèle raconte une drôle d'histoire à son petit frère, qui finit, malgré tout, par s'endormir...
    À son réveil, son ours en peluche René n'est plus dans son lit. Jareht, le roi des gobelins, est apparu dans sa chambre. Little Minot va devoir parvenir jusqu'au château d'un roi maléfique pour éviter que son ours René ne soit transformé en gobelin pour toujours. Pour cela, il devra traverser bien des épreuves, et visiter le monde fabuleux de David Bowie, au rythme des chansons du caméléon du rock.
    Un univers extravagant où Ziggy Stardust, le Major Tom, Starman et le Duc Blanc attendent notre Little Minot à l'intérieur du labyrinthe...

  • Au crépuscule des Sixties, David Bowie, artiste multiforme encore inconnu, s'installe avec femme et amis dans une vieille demeure appelée « Haddon Hall », située dans la banlieue londonienne. Toute la troupe tente alors de vivre selon l'idéal communautaire hippie. Entre conflits d'ego, difficultés du quotidien et projets artistiques collectifs, ce sera pour le meilleur et pour le pire...

empty