Frédérique Aït-Touati

  • Nous sommes dès notre plus tendre enfance invités à penser qu'un fossé sans fond sépare à jamais les « scientifiques » des « littéraires ».
    Cette idée est d'autant plus infondée qu'à ses origines, il y a tout au plus quatre siècles, la science s'est construite grâce à des stratégies rhétoriques et littéraires, l'usage de la fiction en particulier : certains textes savants de l'époque sont à mi-chemin entre le récit d'aventures et la fable utopique. De ce paradis de l'imaginaire scientifique nous sont parvenus d'étranges récits de voyages sur une Lune peuplée de « Lunariens », d'anges et de démons, récits dont le but, très scientifiquement prosaïque, était de voir la Terre tourner, conformément à ce qu'impliquait la théorie de Copernic.
    Mais cette science romanesque fut de courte durée : dès la fin du siècle, les envols poétiques de Kepler, Wilkins et Cyrano étaient entravés par les exigences rationalistes de Fontenelle et de Huygens. Encore fructueuse deux siècles plus tard, pendant l'âge d'or de la vulgarisation des sciences que fut le XIXe siècle, l'ancienne alliance entre science et littérature s'est aujourd'hui dissoute : la littérature ne s'empare que très marginalement des avancées scientifiques et la science, y a-t-il lien de cause à effet ? souffre à l'évidence d'un certain tarissement de ses sources d'inspiration.
    Peut-être ses tenants n'ont-ils pas assez lu Kepler et Cyrano, qui constituent pourtant, quatre siècles après, un véritable bain de jouvence. A mi-chemin entre l'histoire des sciences et l'analyse littéraire, un essai original et très fouillé (notes et références) sur un thème hélas toujours actuel : le fossé entre les « deux cultures ».

  • Terra Forma raconte l'exploration d'une terre inconnue :
    La nôtre. Cinq siècles après les voyageurs de la Renaissance partis cartographier les terra incognita du Nouveau Monde, cet ouvrage propose de redécouvrir autrement cette Terre que nous croyons si bien connaître.
    En redéfinissant le vocabulaire cartographique traditionnel, il offre un manifeste pour la fondation d'un nouvel imaginaire géographique et, ce faisant, politique. Écrit sur le mode du récit d'exploration, cet ouvrage invite le lecteur à explorer les techniques de représentation sur divers terrains, dans le but de constituer progressivement et collectivement un atlas d'un nouveau genre.

  • Dans les débats classiques des XVIe et XVIIe siècles, la représentation est considérée avant tout comme une question rhétorique et psychologique, mais à la fin du xviie siècle, elle devient une question épistémologique. Cet ouvrage explore le contexte de cette transformation et ses sources.

  • Nouvelle monographie, inaugurant une collection publiée avec Les presses du réel en lien avec les expositions du Palais de Tokyo, avec des vues d'exposition et une sélection d'oeuvres emblématiques, un entretien, un essai et un ensemble de notices.

  • Céleste Boursier-Mougenot élabore des dispositifs à partir de situations, d'objets du quotidien et d'appareils, dont il extrait le potentiel sonore et musical. L'artiste reconfigure ainsi les possibilités rythmiques et mélodiques, aussi bien visuelles que sonores, des matériaux qu'il emploie, pour générer des formes sonores qu'il qualifie de « vivantes ». Déployé en relation étroite avec les don­nées architecturales et spatiales du lieu dans lequel il est présenté, chaque dispositif constitue pour le visiteur un cadre propice à une expérience plurisensorielle. En 2015, Céleste Boursier-Mougenot représente la France à la 56e biennale d'art contemporain de Venise. Au Palais de Tokyo, il imagine un paysage lacustre qui entraîne le visiteur dans une expérience visuelle, tactile et auditive modifiant sa perception des lieux. Le visiteur est introduit dans un flux d'images créant les prémices d'un voyage halluciné.

    Au sommaire de ce livre - « Chorégraphie Zombie » : une conversation entre Céleste Boursier-Mougenot et Daria de Beauvais, commissaire de l'exposition de Céleste Boursier-Mougenot au Palais de Tokyo - « Univers préparé » : un essai de Frédérique Aït-Touati - Un ensemble de notices sur une sélection d'oeuvres de l'artiste Au sujet des auteurs - Frédérique Aït-Touati est metteur en scène et chercheuse. Elle met en scène des performances et des spectacles qui croisent sciences, arts et politique. Elle a publié plusieurs ouvrages sur les rapports entre arts et savoirs.
    - Daria de Beauvais est curatrice au Palais de Tokyo.

    Livre publié à l'occasion de l'exposition personnelle de Céleste Boursier Mougenot au Palais de Tokyo, « acquaalta», 24.06 2015 - 13.09 2015.

  • Le théâtre de la terre ; inside, moving earths Nouv.

    Moving Earths et Inside constituent les deux premiers volets de la trilogie du Théâtre de la Terre, une série de trois pièces de théâtre coécrites par Frédérique Aït-Touati et Bruno Latour. L'ensemble de cette trilogie poursuit un objectif commun, celui de remettre en question nos idées reçues concernant la planète, cette Terre que nous habitons comme nous marchons dessus, presque sans y penser. Inside propose une expérience de pensée, et invite le lecteur à se tenir non pas sur le Globe, mais dans cette " zone critique " dont parlent les scientifiques.
    Pour tenter de comprendre ce que signifie " vivre dedans ", cette pièce de théâtre propose une série de tests en combinant les outils de la modélisation et de la simulation, soit deux manières de se rendre sensibles : par la science et par la scène. Entre philosophie et théâtre, Moving Earths invite le lecteur à tester l'hypothèse d'un parallèle entre l'époque de la révolution astronomique et la nôtre.
    Sommes-nous également en train de vivre une transformation du monde aussi profonde et radicale que celle de l'époque de Galilée ? Une chose est sûre : nous ne savons plus exactement sur quelle planète nous vivons, ni comment la décrire. Dans cette pièce, Frédérique Aït-Touati et Bruno Latour s'inspirent du travail de recherche de l'environnementaliste anglais James Lovelock et de la biologiste américaine Lynn Margulis pour présenter une nouvelle conception de la planète Terre.
    Ces deux pièces ont été créées au Théâtre Nanterre Amandiers en novembre 2016 et décembre 2019, et ont été jouées sur de nombreuses scènes européennes (Théâtre de l'Odéon à Paris, Martin Gropius Bau à Berlin, Théâtre Benno-Besson en Suisse, ou à la Biennale de Taipei). Deux entretiens avec les auteurs complèteront les textes. L'ouvrage sera richement illustré, et la mise en page rejouera la mise en scène des textes dans l'espace du livre.

empty