Louis Althusser

  • Les deux textes autobiographiques publiés dans ce volume ont été retrouvés dans les archives de Louis Althusser lorsque celles-ci ont été confiées à l'IMEC par sa famille, en juillet 1991. Dix années séparent leur rédaction. Dix années au milieu desquelles, le 16 novembre 1980, le destin d'Althusser bascule dans l'impensable avec le meurtre de sa femme, Hélène, dans leur appartement de l'Ecole normale supérieure, rue d'Ulm, à Paris.
    Althusser souligne l'enjeu essentiel de ces pages : soulever la "pierre tombale du silence" posée sur lui depuis cet événement. Mêlant les faits et les fantasmes, il fait le récit d'une enfance et d'une adolescence solitaires, il évoque ses positions philosophiques et politiques, sa rencontre avec Hélène en 1946, jusqu'à la fin tragique. Ce prodigieux témoignage, d'une précision clinique, est unique.

  • Ce recueil d'articles, publié pour la première fois en 1965 aux Éditions François Maspero, a connu un succès exceptionnel pour un ouvrage théorique : plusieurs dizaines de milliers d'exemplaires vendus et de très nombreuses traductions. Comme le note Étienne Balibar dans son avant-propos de 1996 : « Dans ce livre s'est engagée l'une des tentatives les plus originales, les plus éloquentes, les plus argumentées aussi [...] pour donner corps et figure théorique au marxisme. » Depuis les années 1960, les études marxistes n'ont pu ignorer cette approche qui établissait une « coupure épistémologique » dans l'oeuvre marxienne, séparant les textes idéologiques du jeune Marx de ceux plus scientifiques du Marx de la maturité. Elle offrait aussi une autre évaluation de l'apport de Hegel à Marx et n'hésitait pas à s'inspirer des réflexions philosophiques de Mao Zedong pour nourrir sa propre philosophie. Rares sont les livres ayant suscité autant de passions théoriques et provoqué autant de débats.

  • Quatrième volume de l'entreprise systématique de publication des livres et textes inédits de Louis Althusser, établie par Michael Goshgarian sur base des manuscrits du fonds Althusser accueilli à l'IMEC, Écrits sur l'histoire rassemble un florilège d'interventions et de méditations du philosophe, s'étendant de 1963 à 1986.
    Interrogeant sans relâche la place de l'histoire dans la théorie marxiste, et donc ce qu'Althusser voyait comme le danger historiciste au coeur de la lecture révolutionnaire du présent, ils témoignent d'un dialogue continu avec la discipline historique de son temps - dont plusieurs représentants ont échangé avec le philosophe. Soucieux de l'histoire, mais désireux d'éviter toute explication qui l'érigerait en une force déterministe, Althusser n'a en effet jamais cessé de méditer la manière dont histoire et concept s'équilibraient dans la théorie marxiste - équilibre qu'il chercha à réinventer pour son époque. Ce sont les traces de cette entreprise, toujours commentée dans le monde entier, qui se trouvent réunies dans ce volume.

  • En 1980, au sortir de la période la plus intensément politique de son oeuvre et de sa vie, Louis Althusser décide de rédiger un manuel de philosophie qui serait enfin accessible à tous, sans préparation. Initiation à la philosophie pour les non-philosophes en est le résultat. Mais bien loin d'être un simple ouvrage de vulgarisation ou d'introduction, c'est en réalité un véritable précipité des thèses les plus fondamentales de sa propre pensée qu'offre Althusser.
    Entre cent autres considérations, nulle part ailleurs ne va-t-il aussi loin dans la distinction entre la philosophie et les autres pratiques ; nulle part non plus ne développe-t-il avec tant de détails le concept de "pratique" lui-même. Pourtant, parmi les nombreux apports cruciaux d'Althusser au "moment philosophique des années 1960", ce concept est peut-être celui qui a bénéficié du plus grand succès et été à la source du plus grand nombre de malentendus.
    Moment de synthèse dans l'oeuvre d'Althusser, instantané d'une des plus influentes philosophies de la seconde moitié du XXe siècle, cette Initiation est donc aussi un manifeste pour la pensée à venir - une pensée dont le succès contemporains des enfants d'Althusser (de Rancière à Badiou, de Zizek à Balibar) manifeste assez la contemporanéité et l'urgence.

  • Que faire ? Telle était la question que se posa Lénine en 1901, alors qu'il éprouvait des doutes sur la capacité révolutionnaire du monde ouvrier russe. Soixante-dix-sept ans plus tard, Louis Althusser décide de se l'adresser aussi. Confronté au reflux de Mai 68 et aux renoncements successifs du Parti communiste, il souhaite offrir à ses lecteurs un bref vade-mecum pour la révolution à venir. Un vade-mecum ramassé et tranchant, brillant et nerveux, tout entier tourné vers un objectif : parvenir à organiser la lutte de la classe populaire, de telle sorte qu'elle puisse l'emporter sur la classe bourgeoise. Pour Althusser, c'est l'occasion d'une critique virtuose des écrits d'Antonio Gramsci et de l'eurocommunisme, qui séduisent alors de nombreux marxistes. Mais c'est surtout l'opportunité de tenter de dire, en quelques pages, ce qu'il n'avait pas réussi à énoncer ailleurs : quelles conditions concrètes faut-il satisfaire pour qu'enfin la révolution ait lieu.
    Laissé inachevé, il est publié ici pour la première fois.

  • Poursuivant le travail d'édition des manuscrits inédits de Louis Althusser, entamé avec succès par Initiation à la philosophie pour les non-philosophes et Être marxiste en philosophie, tous deux traduits dans plus de dix langues, les Puf publient Les Vaches noires, une auto-interview polémique rédigée en 1976, dans laquelle le philosophe revient sur sa relation chahutée avec le Parti communiste français, dont il fut longtemps un pilier intellectuel, quoique contesté.
    Mêlant considérations théoriques, polémiques politiques, observations de coulisses et confessions personnelles, cette réflexion sur les suites à donner aux 22e congrès du Parti communiste français est l'un des textes les plus singuliers d'Althusser - et aussi, à de très nombreux égards, un de ceux dans lesquels il se met le plus à nu. À la fois critique sévère du Parti et défense inconditionnelle des idéaux qui y président, c'est surtout un texte qui dresse un programme d'une actualité surprenante quant à l'organisation de la lutte révolutionnaire au moment de son reflux. Tout ensemble document historique, politique, philosophique et biographique, Les Vaches noires mettent en pièces l'image, encore tenace, d'un Althusser dogmatique, pour restituer toute la souplesse, la complexité et l'inquiétude de sa pensée - celle d'un marxiste pour temps de crise, à l'instar du nôtre.

  • Philosophie, économie, histoire, sociologie, littérature, histoire de l'art, psychanalyse ... autant de sciences humaines qui délimitent les champs du savoir. Autant de disciplines fondamentales présentes de bout en bout dans la collection "Quadrige", à travers les plus grands auteurs, les plus grands titres, les plus grands textes. Quadrige : des ouvrages d'hier et d'aujourd'hui qui sont aussi des textes pour demain.
    La collection se divise en quatre sections : -- Références (dictionnaires, histoire générale ...) jaune pantone 116 -- Textes (Bachelard, Bergson, Durkheim ...) rouge 2718 -- Essais (Laplanche, Levinas ...) bleu 2728 -- Manuels (Ellul, Denis ...) vert green c .

  • Après Initiation à la philosophie pour les non-philosophes (« Perspectives Critiques », 2014), les Presses universitaires de France, en collaboration avec l'Institut Mémoire de l'édition contemporaine, poursuivent le travail de publication des grands livres inédits de Louis Althusser. Être marxiste en philosophie, rédigé par Althusser en 1975, est constitué de vingt-six brefs chapitres, dans lesquels celui-ci tente de comprendre à nouveaux frais les liens qui existe entre la figure de Marx et la pratique de la philosophie. Qu'a à nous dire Marx sur cette pratique ? Est-il possible d'imaginer une philosophie qui soit purement marxiste ? Que signifie pratiquer la philosophie en tant que marxiste ? Quel horizon politique une philosophie marxiste peut-elle et doit-elle s'assigner ? Pourquoi se dire marxiste en philosophie aujourd'hui ? Telles sont quelques-unes des questions auxquelles Althusser tente d'apporter une réponse dans ce livre, au fil d'un texte à la limpidité cristalline, à l'impeccable précision et à l'élégance supérieure. Il est accompagné d'une introduction de G. M. Goshgarian, spécialiste international de l'oeuvre d'Althusser, ainsi que d'un petit texte inédit, « Chacun peut-il philosopher ? », écrit en 1958, en réaction à la publication d'un pamphlet de Jean-François Revel, Pourquoi des philosophes ?.
    À l'heure où la pensée de Marx, comme celles des élèves d'Althusser, bénéficie d'une audience toujours plus importante, la publication d'Être marxiste en philosophie s'impose avec plus d'urgence que jamais comme une contribution à la résistance face à l'obscénité politique et économique de notre temps.

  • Généalogie d'une démence. Carnets, au jour le jour, parfois heure par heure, d'une lutte avec le démon. D'où il ressort que mon maître était un Pierre Rivière philosophe ; un possédé savant ; un halluciné hanté par la volonté de comprendre et de regarder son mal en face ; un Ajax dont, à la toute dernière minute, nulle Athéna n'aura détourné la «hache d'airain à deux tranchants... et, pourtant, extralucide ; un prince Mychkine chez qui folie et connaissance, pulsions mortelles et maîtrise de soi, auraient noué un pacte inflexible. » B.-H. L.

  • La pensée de Machiavel continue de nourrir la controverse.
    Son opuscule Le Prince, dont la conception amorale du pouvoir engendra la notion infâmante de " machiavélisme ", et ses écrits sur la politique ou sur la guerre, saisissent le lecteur d'étonnement comme au premier jour. Car ils nous parlent non d'un passé historique révolu mais de notre présent, et du futur incertain dont il est gros : la crise de la souveraineté, la révolution, la nouvelle pratique de la politique.
    Telle est la leçon que Louis Althusser, maître à penser d'une génération de marxistes hérétiques, développait dans un livre gardé secret. Son éditeur, François Matheron en propose ici également le commentaire philosophique.

  • « Le rêve est toujours en avance sur la vie », écrit Louis Althusser à Claire, une de ses passions.
    Au moment d'écrire son autobiographie, L'Avenir dure longtemps, en 1985, dans laquelle il cherche à comprendre et expliquer le meurtre de sa femme Hélène Rytmann, Louis Althusser a consulté l'ensemble des récits de rêves, dont certains étrangement prémonitoires du drame de novembre 1980. Il les avait soigneusement conservés dans ses archives, avec des notes sous la forme d'un journal, prises et rédigées avant ou après des séances avec ses différents psychanalystes.
    C'est cet ensemble de rêves et de fragments de journal que nous donnons ici, avec l'espoir que leur lecture et interprétation permettra de mieux comprendre les processus qui ont conduit Louis Althusser à commettre l'acte irréparable qui a fait du philosophe un meurtrier.
    « Quand je suis sorti du rêve, il n'y avait plus rien, écrit-il dans un de ses récits de rêve, rien qu'un bruit de sabots dans la gorge. Rien qu'une main qui dessinait sans fin dans l'air comme un contour. »

  • La reproduction des rapports de production, ici présenté avec d'autres écrits, est le manuscrit, demeuré inédit, dont Althusser a tiré son célèbre texte, paru en 1971 dans La Pensée, " Idéologie et appareils idéologiques d'État ". L'auteur y expose de façon ordonnée sa conception du matérialisme historique, des conditions de la reproduction de la société capitaliste, et de la lutte révolutionnaire en vue d'y mettre fin.
    Cet écrit peut sembler revenir d'un autre âge. Il témoigne en effet d'opinions désormais impossibles. Il conserve pourtant une singulière force de provocation théorique, et nous confronte à une question qu'on ne saurait considérer comme dépassée : dans quelles conditions, dans une société qui proclame les idéaux de liberté et d'égalité, la domination des uns sur les autres se reproduit-elle sans cesse à nouveau ?
    Louis Althusser (1918-1990) fut de longues années un brillant enseignant et répétiteur pour l'agrégation à l'École normale supérieure (Ulm). Il fut aussi un théoricien marxiste d'envergure internationale.

  • Louis Althusser concevait l'enseignement de la philosophie comme une expérience de pensée qui cherche à ressaisir le geste de quelques «hommes qui ont tenté le plus grand effort de lucidité qui soit». On trouvera ici une magistrale illustration de cette tentative pour «voir à quel prix et par quelles voies certains hommes ont réussi à dégager un peu de vérité sur les ressorts de la conduite humaine et de la société», notamment à travers un cours sur la philosophie de l'histoire - une «propédeutique nécessaire à l'intelligence de la pensée de Marx» -, un autre sur les théories du contrat aux XVIIe et XVIIIe siècles, enfin une approche très personnelle de Machiavel. Ainsi, dans la mesure où «l'histoire se confond moins avec le rappel de son passé qu'avec l'intelligence de son dépassement», Althusser s'efforce d'éclairer «les problèmes innombrables qui se posent aujourd'hui en politique, histoire, psychologie, philosophie, par le secours d'un passé mis dans un peu de lumière».

  • LOUIS ALTHUSSER L'avenir dure longtemps suivi de Les faits "Il est probable qu'on trouvera choquant que je ne me résigne pas au silence après l'acte que j'ai commis, et aussi le non-lieu qui l'a sanctionné et dont j'ai, suivant l'expression spontanée, bénéficié.
    "Mais si je n'avais pas eu ce bénéfice, j'aurai dû comparaître. Et si j'avais dû comparaître, j'aurais eu à répondre.
    "Ce livre est cette réponse à laquelle autrement j'aurais été astreint. Et tout ce que je demande, c'est qu'on me l'accorde ; qu'on m'accorde maintenant ce qui aurait pu alors être une obligation.
    "Bien entendu, j'ai conscience que la réponse que je tente ici n'est ni dans les règles d'une comparution qui n'a pas eu lieu, ni dans la forme qu'elle y aurait prise. Je me demande toutefois si le manque, passé et à jamais, de cette comparution, de ses règles et de sa forme, n'expose pas finalement plus encore ce que je vais tâcher de dire à l'appréciation publique et à sa liberté. En tout cas je le souhaite. C'est mon sort de ne penser calmer une inquiétude qu'en en courant indéfiniment d'autres." Par ces mots qui ouvrent L'avenir dure longtemps, un texte qu'il avait lui-même dactylographié et soigneusement préservé, projetant sa publication de son vivant, Louis Althusser souligne l'enjeu essentiel de ces pages en grande partie rédigées en 1985 : soulever la "pierre tombale du silence" posée sur lui depuis le meurtre de sa femme en novembre 1980.
    Ce document, unique en son genre, et d'une intensité tragique exceptionnelle, est suivi d'une première esquisse autobiographique, Les faits, également inédite, rédigée en 1976.
    Le texte de ces deux autobiographies a été établi et présenté par Olivier Corpet et Yann Moulier Boutang en accord avec les héritiers de Louis Althusser.

  • Louis Althusser Journal de captivité Stalag XA 1940-1945 Le philosophe Louis Althusser est mort en 1990. Ses deux autobiographies, L'Avenir dure longtemps et Les Faits, ont connu dès leur parution un très grand retentissement aussi bien en France qu'à l'étranger. Ce Journal de captivité, complètement inédit, constitue un complément indispensable de ces textes exceptionnels.
    Fait prisonnier en juin 1940 - à vingt-deux ans - Louis Althusser arrive en janvier 1941 au Stalag XA à Schleswig, au nord de l'Allemagne. Il y restera jusqu'en mai 1945 sous le matricule 70670 et en sortira profondément changé. Cette amère expérience historique de la captivité a été celle de toute une génération et livre un autre aspect, encore mal connu, de la dernière guerre.
    /> Louis Althusser rapportera trois carnets dans lesquels il a noté et commenté sa vie au camp, ses discussions avec ses camarades, ses sentiments, ses lectures, ses réflexions aussi bien philosophiques ou religieuses que littéraires ou politiques. Ces notes permettent de suivre la formation et l'évolution de sa pensée, en même temps qu'elles gardent trace des premières alertes d'une folie dont on sait maintenant quel fut l'aboutissement ultime et tragique. Augmenté d'extraits de sa correspondance avec ses proches et des textes littéraires publiés dans la revue du camp, ce Journal de captivité dévoile également un véritable écrivain.
    Le texte de ce Journal de captivité a été établi et présenté par Olivier Corpet et Yann Moulier Boutang.

  • Louis althusser ecrits philosophiques et politiques louis althusser est devenu célèbre en publiant en 1965 pour marx et lire le capital. mais l'éclat de cette pensée fondatrice d'école ne doit pas faire oublier qu'elle ne fut qu'un moment d'un itinéraire philosophique.
    Pratiquement inconnus jusqu'alors, les écrits de jeunesse de louis althusser sont marqués par un double passage de hegel à marx et du catholicisme au communisme. publiés ici dans leur quasi totalité, ils comprennent notamment des libelles aux titres évocateurs : l'internationale des bons sentiments et sur l'obscénité conjugale, un mémoire universitaire passionnément hégélien et une longue lettre à jean lacroix qui éclairent bien des renversements ultérieurs.
    La seconde partie de ce volume met en évidence la complexité largement méconnue des textes écrits par althusser au cours des années 1970, placés d'emblée sous le signe de la crise : crise personnelle, mais aussi crise de la théorie marxiste longuement analysée par le texte qui domine cette période : marx dans ses limites.
    Dans ses derniers écrits, après 1980, louis althusser tente d'arracher à la nuit une réflexion sur ce qu'il appelle désormais "matérialisme de la rencontre", puis "matérialisme aléatoire". il y est question de vide et de train qui ne mène nulle part.
    Ces textes ont été réunis et présentés par françois matheron.

  • Louis Althusser Lettres à Franca (1961-1973) Je t'institue dépositaire devant l'éternité de cet acte de conscience, pour que tu puisses en témoigner dans les siècles à venir, quand on éditera mes oeuvres posthumes et ma correspondance avec Franca Par ces mots envoyés à Franca Madonia le 18 novembre 1963, Louis Althusser conférait à cette correspondance le statut d'oeuvre à part entière.
    Ces quelques cinq cents Lettres à Franca, contemporaines des plus grands textes philosophiques d'Althusser, saisissent d'emblée par l'exceptionnelle tension d'un style qui jamais ne s'affadit. Le langage de la passion amoureuse, dans toute sa violence, côtoie celui de la pensée rationnelle. On y découvre avec surprise un art consommé de la mise en scène comique et dramatique - et l'on suit avec effroi la montée des grandes lames qui contraignent régulièrement Althusser à se faire hospitaliser.
    Mais Franca, traductrice de Pour Marx en italien, fut aussi l'une des principales interlocutrices du philosophe, et ces lettres constituent à cet égard un véritable monument. Contredisant souvent ce qu'Althusser écrit au même moment dans ses textes théoriques, cette correspondance ne se contente pas d'apporter des éclaircissements biographiques sur la genèse de l'oeuvre, elle nous installe au coeur de l'écriture althussérienne - et de ses paradoxes. Une sélection de vingt-deux lettres de Franca Madonia complète ce recueil.
    Après le philosophe redécouvert au travers de son oeuvre posthume, après le "deuxième Althusser" révélé par L'Avenir dure longtemps, ces Lettres à Franca nous font désormais connaître un "troisième Althusser", ni tout à fait le même, ni tout à fait un autre.
    Cette édition a été réalisée par François Matheron et Yann Moulier Boutang.

  • Les écrits publiés dans ce volume appartiennent tous à la période de maturité de Louis Althusser, dont la richesse ne se réduit pas aux ouvrages qui l'ont rendu célèbre.
    Althusser fut ainsi un prodigieux lecteur des classiques de la philosophie. Travail de toute une vie, Machiavel et nous, qui ouvre ce recueil, est sans conteste une de ses oeuvres maîtresses. Il est suivi d'un texte sur Feuerbach, où se déploie un même principe : une philosophie ne vaut que par les espaces qu'elle ouvre.
    La seconde partie de ce livre est consacrée à l'un des grands objectifs d'Althusser : construire une définition de la philosophie. Elle propose un état de sa réflexion en 1967-1968, avec son cinquième Cours de philosophie pour scientifiques, et un ensemble de « notes philosophiques » où l'on peut voir une pensée à la recherche d'elle-même.
    Un troisième ensemble met en évidence l'« agitateur politique en philosophie » qu'Althusser se plaisait à être. On y trouve notamment une conférence sur la conjoncture philosophique et une longue mise au point sur La Querelle de l'humanisme.
    Les écrits sur l'art confirment enfin la place du théâtre dans le travail théorique de Louis Althusser, tandis que ses textes sur la peinture rayonnent du bonheur de la liberté.

    Textes réunis et présentés par François Matheron

  • In How to Be a Marxist in Philosophy one of the most famous Marxist philosophers of the 20th century shares his concept of what it means to function fruitfully as a political thinker within the discipline and environs of philosophy. This is the first English translation to Althusser's provocative and, often, controversial guide to being a true Marxist philosopher.

    Althusser argues that philosophy needs Marxism. It can't exist fully without it. Similarly, Marxism requires the rigour and structures of philosophy to give it form and focus. He calls all thinking people to, 'Remember: a philosopher is a man who fights in theory, and when he understands the reasons for this fight, he joined the ranks of the struggle of workers and popular classes.' In short, this book comprises Althusser's elucidation of what praxis means and why it continues to matter.

    With a superb introduction from translator and Althusser archivist G.M. Goshgarian, this is a book that will re-inspire contemporary Marxist thought and reinvigorate our notions of what political activism can be.

  • «Mon intention, ici, est d'insister sur l'existence d'une tradition matérialiste non reconnue par l'histoire de la philosophie. Celle de Démocrite, Épicure, Machiavel, Hobbes, Rousseau, Marx et Heidegger, avec les catégories qu'ils ont soutenues : celles de vide, de limite, de marge, d'absence de centre, de déplacement du centre dans la marge (et vice versa), et de liberté. Matérialisme de la rencontre, de la contingence, en somme de l'aléatoire, qui s'oppose même aux matérialismes reconnus comme tels, y compris à celui communément attribué à Marx, Engels et Lénine, lequel, comme tout matérialisme de la tradition rationaliste, est un matérialisme de la nécessité et de la téléologie, c'est-à-dire une forme déguisée d'idéalisme.» Louis Althusser.

  • Solitude de Machiavel (et autres textes) rassemble l'essentiel des principaux articles qu'Althusser a publiés de son vivant. Cette édition critique marque un nouveau moment dans la redécouverte d'un auteur qui passa de la célébrité au quasi oubli en l'espace d'une décennie. Le recueil met l'accent sur les pièces les plus ouvertes d'une pensée qui marque en profondeur la philosophie politique entre le milieu des années 50 et la fin des années 70, et sans laquelle on ne saurait comprendre ce qui s'est joué théoriquement en France à cette époque.
    On y retrouve des essais célèbres mais depuis longtemps introuvables dans lesquels Althusser livre des analyses originales sur Locke, Rousseau, Marx, Spinoza ou Machiavel. En suivant attentivement les cohérences et les " décalages " du raisonnement de ces classiques, Althusser revient sur le noeud de la politique moderne, la tension entre le contrat et la force.
    Au fil des textes se perçoivent les bifurcations d'une pensée en mouvement. Certains sont fortement marqués par leur époque et ont surtout valeur de témoignage. D'autres semblent avoir été écrits hier.
    Que l'on soit ou non d'accord avec les analyses de Solitude de Machiavel, elles ne sauraient laisser indifférent, tant sur le fond que dans la forme, car la tension contenue qui les anime marque aussi ce style si particulier qui fut celui d'Althusser.

  • Anglais What is to be Done?

    Louis Althusser

    • Polity
    • 7 Octobre 2020

    What is to be done? This was the question asked by Lenin in 1901 when he was having doubts about the revolutionary capabilities of the Russian working class. 77 years later, Louis Althusser asked the same question. Faced with the tidal wave of May `68 and the recurrent hostility of the Communist Party towards the protests, he wanted to offer readers a succinct guide for the revolution to come. Lively, brilliant and engaged, this short text is wholly oriented towards one objective: to organise the working class struggle. Althusser provides a sharp critique of Antonio Gramsci's writings and of Eurocommunism, which seduced various Marxists at the time. But this book is above all the opportunity for Althusser to state what he had not succeeded in articulating elsewhere: what concrete conditions would need to be satisfied before the revolution could take place. Left unfinished, it is published here in English for the first time.

  • Anglais History and Imperialism

    Louis Althusser

    • Polity
    • 23 Janvier 2020

    Writings on History brings together a selection of texts by Louis Althusser dating from 1963 to 1986, including essays, a lecture, notes to his collaborators, and the transcript of an informal 1963 discussion of literary history. The centrepiece of this collection is Althusser's previously unpublished Book on Imperialism, a theorization of globalized capitalism that remained unfinished.  All these writings are concerned with the place of history in Marxist theory and, in particular, on what Althusser considered to be the mortal danger of historicism haunting the revolutionary reading of the present. They testify to his continuing dialogue with the historiography of his day, several of whose representatives were engaged in discussion and debate with him. Deeply interested in history but intent on avoiding the kind of interpretation that would transform it into a deterministic force, Althusser never ceased to reflect on the equilibrium between the historical and the concept in Marxist historiography, an equilibrium that he sought to reinvent for his time. The traces of that undertaking, which continues to generate debate throughout the world today, are brought together in this volume.

empty