Parascolaire

  • Batouala Nouv.

    Batouala

    René Maran

    Premier roman nègre écrit par un nègre, en qui Léopold Sédar Senghor voyait un "précurseur de la négritude", récit d'une violence et d'une modernité extraordinaires, voici la complainte de Batouala, grand chef de tribu, vaillant chasseur et excellent marcheur. Nous sommes en 1921. A cette époque, personne n'ose douter du bien-fondé du colonialisme, porteur de civilisation et de paix. Une voix pourtant s'élève. Celle de René Maran, auteur antillais (1887-1960), alors fonctionnaire au ministère des Colonies, qui dénonce, dans ce roman précédé d'une terrible préface, les abus de l'administration en Afrique-Equatoriale française et les méfaits de l'impérialisme. Ses propos déclenchent un véritable scandale qui culminera avec le prix Goncourt qui lui sera tout de même décerné la même année. René Maran n'ose-t-il pas écrire : "Si l'on pouvait savoir de quelle bassesse est faite la vie coloniale, on n'en parlerait plus. Elle avilit peu à peu. Rares sont, même parmi les fonctionnaires, les coloniaux qui cultivent leur esprit. Ils n'ont pas la force de résister à l'ambiance, à l'alcool... Ces excès et d'autres, ignobles, conduisent ceux qui y excellent à la veulerie la plus abjecte. Cette veulerie ne peut qu'inquiéter de la part de ceux qui ont charge de représenter la France."

  • L'Enéide

    Virgile

    « Lépopée virgilienne nest jamais languissante, elle a de la fluidité et du rythme ; avant même de saisir la beauté densemble de luvre, nous percevons tout de suite, ligne à ligne, que lécriture de lÉnéide est une des plus limpides et raffinées qui soit, semée de vers dont la pureté, lopalescence et lémotion donnent le frisson ».
    Paul Veyne

  • À la mort de son père, Martin découvre un carnet manuscrit qui va bouleverser sa vie. Devenu porteur de cette histoire haletante et mystérieuse, il entraîne une mère et sa fille, ainsi que le lecteur, dans une incroyable aventure littéraire...
    Récompensée par deux Molières en 2014, la pièce Le Porteur d'histoire, hommage flamboyant à Alexandre Dumas, mêle petite et grande histoire pour engager la réflexion sur le pouvoir du récit et de l'imaginaire. Alexis Michalik, l'auteur talentueux d'Edmond, déploie son talent de conteur en nous livrant un roman théâtral à suspense digne des meilleurs feuilletons littéraires.

  • Le chien

    Eric-Emmanuel Schmitt

    « Si les hommes ont la naïveté de croire en Dieu, les chiens ont la naïveté de croire en l'homme. »
    Quel est donc le secret qui cadenasse l'âme de Samuel Heymann, ce médecin apprécié de tous mais qui reste un inconnu même aux yeux de sa fille ? Quelle est l'admirable relation qui le lie depuis 40 ans à ses chiens ?
    Mené comme une enquête policière, ce texte émouvant traite de la communication entre les êtres, de la vengeance et du pardon : une surprenante et bouleversante leçon d'humanité.

  • Aucun client ne sait comment il est arrivé à l'Hôtel des deux mondes. Personne ne sait quand il pourra en repartir, ni vers quelle destination. Dans ce lieu étrange, tout est possible, même les miracles. Les infirmes recouvrent l'usage de leurs membres et les menteurs disent la vérité. L'énigmatique docteur S. chargé d'accompagner leur séjour ne fait que rendre plus aiguës les questions de ses hôtes. Un suspense métaphysique entre rêve et réalité, vie et mort, comédie et tragédie, où l'auteur du Visiteur poursuit sa recherche éperdue du sens et pose le mystère comme raison même d'espérer.

  • Tandis que l'équipe de France de football dispute l'Euro 84, le sac d'Avril est volé dans le métro par Décembre. Mais le jeune homme décide de le rendre à sa propriétaire ! Le destin est en marche.
    Tous deux vont partir sur les traces de Robert Houdin, inventeur de la magie moderne, et de Georges Méliès, grande figure du cinéma. Les époques, les lieux et les passions se répondent étrangement. Alors que la vie s'amuse à jouer des tours, l'amour triomphera-t-il des illusions ?
    Dans cette comédie vertigineuse maintes fois récompensée, Alexis Michalik, l'auteur talentueux d'Edmond, mêle légèreté, profondeur et merveilleux pour interroger la magie de l'art dans nos existences.

  • Un soir, dans un appartement parisien, Henri et Sonia débattent : faut-il répondre aux appels de leur fils qui, de son lit, réclame à manger alors qu'il s'est lavé les dents ?
    La situation s'envenime quand apparaissent Hubert et Inès qu'ils croyaient avoir invités pour le lendemain. La situation se détériore encore, d'autant qu'Hubert - patron d'Henri -, lui apprend qu'une communication sur les halos de matière noire dans les galaxies, sur quoi Henri travaille depuis trois ans, vient dêtre publiée, ce qui réduit à néant ses rêves de promotion.
    Cette tragi-comédie du quotidien est rejouée trois fois de suite, dans des interprétations différentes.
    Après une création mondiale de Luc Bondy au Burgtheater à Vienne, fin octobre 2000, la pièce sera mise en scène en novembre 2000 au théâtre Antoine à Paris. Elle sera également à l'affiche en décembre 2000 à Londres, en version anglaise.

  • Salam Ouessant

    Azouz Begag

    « Mes filles, vous verrez comme c’est beau la Bretagne ! »Mais qu’est-ce qui a bien pu passer par la tête de ce père divorcé pour trainer à Ouessant contre leur gré deux gamines qui fantasment sur le soleil algérien ?
    Dans sa vie, il est passé à côté de pas mal de choses : le Lyon de son enfance, son pays « d’avant », un amour de jeunesse, son ex femme, et maintenant peut-être même ses adorables pestes de filles... Leur arrivée à Ouessant sous une pluie battante n’augure rien de bon. Mais il faut toujours compter sur la magie des îles…
    Débordant d’émotion, de tendresse, de drôlerie, le roman d’Azouz Begag, l’auteur du Gone du Chaâba, mêle à la mélancolie du gris de l’océan les accents ensoleillés de ses deux jeunes héroïnes dont la gouaille algéro-lyonnaise va s’avérer contagieuse !

  • Claudine à l'école

    Colette

    « Ces quatre-là et moi, nous formons cette année la pléiade enviée, désormais au-dessus des grandes, qui aspirons au brevet élémentaire. » Avec Claudine, quinze ans, intelligente, séduisante, très avertie, ses camarades, la flamboyante directrice de l'école et sa jolie adjointe, les deux instituteurs des garçons et quelques autres, nous allons vivre une année scolaire peu banale... Rempli de vie et de sensualité, Claudine à l'école, premier roman de Colette, réunit déjà toutes les qualités qui assureront limmense succès du grand écrivain.

  • Killer kid

    Claude Klotz

    C'est un 9 mm à canon court et crosse quadrillée, on a livré la sécurité du chargeur.
    Je l'aime bien.
    Je suis tellement habitué à lui qu'il vient tout seul dans ma main.
    C'est avec lui que je vais tuer.
    J'espère que je m'en sortirais, parce que sinon, je n'aurais vraiment pas beaucoup vécu. Je dois avoir 11 ans.

  • Qui n'a pas livré bataille pour les devoirs du soir ? Qui est épargné par le stress d'une entrée au collège, d'un examen... ? Qui ne rêve pas de voir son enfant (re)trouver le plaisir d'apprendre ?
    Bonne nouvelle : le bonheur à l'école, c'est possible ! Et ça commence à la maison.
    Respectueuse de la personnalité et des besoins de l'enfant, l'approche éducative développée par Nathalie de Boisgrollier étend le rôle des parents afin de leur permettre d'aider leur enfant à exprimer ses talents.
    Elle nous invite à :
    - oser penser et faire autrement (relâcher la pression sur nos enfants...) ;
    - repérer les formes d'intelligence de notre enfant (visuelle, auditive, kinesthésique...) afin de lui fournir des méthodes de travail efficaces ;
    - le stimuler et l'encourager de façon positive ;
    - en faire une personne qui réussit parce qu'autonome et épanouie.
    Foisonnant de repères éducatifs et d'outils concrets, ce livre précieux s'appuie sur des pédagogies variées et éprouvées (Montessori, Dolto, Freinet, Salomé...).

  • Cet ouvrage traite des pédagogies destinées aux enfants et adolescents qui connaissent de grandes difficultés scolaires. Les auteurs s'appuient à la fois sur des recherches modernes en neuro-psychologie et sur de nombreuses expériences en milieux scolaires. Ils montrent que, dans la plupart des cas, les potentialités mentales et plus particulièrement cognitives des sujets observés sont normales, mais masquées et inhibées par des obstacles de différentes natures, et nous révèlent, à partir de nombreux exemples, comment les réactiver. Un ouvrage original, tonique, profondément stimulant et réconfortant, qui allie la rigueur des démonstrations à la richesse des exemples présentés.

  • Plus de 7 000 expressions populaires françaises et leur équivalent en anglais et américain :
    Il pleut, il tombe des cordes !
    J’en fais mon affaire
    Je n’aimerais pas être à sa place !
    Ce n’est pas une raison
    Compte là-dessus et bois de l’eau !
    Elle était rouge comme une pivoine
    Tu veux ma photo ?
    Je sèche sur cette questionSauriez-vous traduire ces expressions typiquement françaises en bon anglais ou en bon américain ?Laissez-vous surprendre par les subtilités et la richesse de ces deux langues et découvrez plus 7 000 expressions du langage de tous les jours, mitonnées à la sauce franco-anglaise !En bonus : un glossaire passionnant pour comprendre les faux anglicismes (dressing, meeting, just, smoking…)
    Un ouvrage indispensable
    pour parler anglais fluently

  • On m'a traité, je suis nul, tout est de ma faute : Lucas, 10 ans, multiplie les appels au secours depuis qu'il est victime de harcèlements à l'école. Cette histoire banale, des milliers d'enfants la vivent quotidiennement sous l'oeil inquiet de leurs parents, partagés entre culpabilité et impuissance. Ces violences touchent aussi les « bons élèves ». À travers tous ces enfants, c'est l'école elle-même qui est visée.Il n'y a pas d'un côté le harceleur, de l'autre la victime. Derrière chaque fait se cachent une histoire, un contexte, une dynamique qui mettent en jeu agresseur et agressé mais aussi spectateurs plus ou moins actifs. Forte de son expérience de pédopsychiatre, Nicole Catheline analyse ces processus complexes et souligne le rôle régulateur que devraient jouer les adultes parents et enseignants.Vivre sa scolarité en sécurité est un droit fondamental de l'enfant : cela suppose de surveiller et punir mais aussi d'écouter les enfants, d'aider les parents et de mettre en place des politiques éducatives appropriées. Il en va de la responsabilité de tous d'oeuvrer pour une école apaisée.

  • En apparence tarots et gris-gris, voyance et astrologie relèvent de l'irrationnel ; rien ne s'oppose davantage à la science, précise, rationnelle, autorisée, que ces pratiques plus ou moins florissantes selon les époques.
    Mais au dire même de certains scientifiques, il semblerait que cette opposition ait fait son temps. Ces pratiques étaient dites irrationnelles pour la seule raison qu'on n'en connaissait pas les fondements. On avait une conception restrictive de la rationalité qu'il faut maintenant concevoir largement. Aujourd'hui la science ménage une place à l'irrationnel, lui concède des droits, lui donne un fondement ; plus encore : elle y trouve sa raison. En ce jour on célèbre un mariage : celui du rationnel et de l'irrationnel.
    Sommes-nous en présence d'un retour du magique ? À l'état pur, lorsque les formes en sont traditionnelles, à l'état diffus lorsqu'il est « scientifique » et s'appelle, par exemple, auto-organisation. C'est cette rationalisation de l'irrationnel qui fait l'objet de ce livre, il en explore les voix et les expressions. La science, dans certaines de ses branches, contribue sans doute à la réhabilitation de pratiques ou de modes de raisonnement qu'elle excluait, mais l'autorité croissante dont jouissent les savants dans la cité contemporaine n'y contribue-t-elle pas également ? L'Orient et l'appel qu'il exerce ne donnent-ils pas une dimension géopolitique à la question ? Quant aux élaborations théoriques des épistémologues et des sociologues de la connaissance, sont-elles aussi théoriques qu'elles se présentent ? Ne pactisent-elles pas indirectement, par le biais d'un relativisme rénové, avec cet irrationalisme diffus qui s'appelle aussi rationalité élargie ?

  • La dyslexie, cette difficulté à intégrer le langage écrit, affecte un enfant scolarisé sur dix et de nombreux adultes dans notre société. Roger Daudin, avec l'expérience de vingt années de pratique et d'enseignement des thérapies manuelles (ostéopathie, kinésithérapie, massages réflexes, etc.), livre ici des clés surprenantes et nouvelles pour mieux comprendre et traiter efficacement ces troubles du langage. En agissant sur les os et sutures du crâne, les thérapies manuelles contribuent à rétablir une meilleure circulation des liquides nourriciers irriguant le cerveau et à lever certains blocages partiellement responsables de cette maladie de la communication . Les nombreux documents montrant des écritures d'écoliers transformées dès la première séance en témoignent ; l'analyse graphologique y décèle l'ouverture aux autres, au monde environnant, l'épanouissement, une plus grande confiance en soi. Fondées sur une perception fine des structures corporelles et sur une intelligence des mains , les thérapies manuelles - qui, au-delà de la dyslexie et des troubles du langage, peuvent traiter la myopie, les migraines, certaines arthroses - offrent des solutions et des espoirs thérapeutiques encore inexplorés.

  • L'école ouvre-t-elle les portes de l'intelligence ? Offre-t-elle aux élèves un enseignement qui développe leurs capacités, ou bien les réduit-elle au moule d'un système qui ne supporte pas plus le brillant élève que le mauvais, et moins encore l'esprit critique ? À travers ce témoignage - récit authentique de l'année scolaire d'un collégien et de copains-copines de sa classe de quatrième -, Marie Laborde accuse. En soulignant les carences de l'Éducation nationale, en montrant du doigt les comportements aberrants de certains professeurs plus prompts à distribuer les zéros et les sanctions disciplinaires qu'à remettre en cause leur (in)compétence pédagogique, elle se place sans ambiguïté aux côtés des parents qui, au fil des années scolaires, partagent avec leurs enfants l'angoisse de l'échec et le désenchantement d'apprendre. Entre rires et larmes, Le Poids du cartable pose le problème de la relation détériorée (et pourtant essentielle) qui lie le maître à l'élève, et celui d'une jeunesse sans illusions sur les vertus d'une école plus apte à punir qu'à préparer valablement aux difficultés du futur.

  • Martinique, 1830. L'esclavage chancelle sous l'assaut des idées nouvelles qui bouleversent le monde. Une riche famille de « Grands Blancs », les Despan, et leur domaine de Canaan, immenses étendues de terres consacrées à la canne à sucre où vivent et travaillent des centaines d'esclaves. David Despan règne en maître absolu sur un univers menacé de profonds changements. Rien ne semble devoir jamais l'abattre, sinon sa crainte de ne pas avoir d'héritier mâle. En effet, après la naissance difficile d'une fille, sa femme Marthe ne peut plus avoir d'enfant. Mais pour David, avoir un fils est une nécessité depuis qu'il se sent vieillir : la pérennité de son domaine l'exige, chaque jour avec plus d'acuité. Aussi, après une longue lutte et au prix d'un terrible marché, David va-t-il obtenir de sa femme qu'elle simule une grossesse et accepte la maternité de Joal, un bâtard que vient de lui donner Médée sa concubine Peul. Joal est élevé dans l'ignorance de ses origines et il grandit en véritable Despan. Mais Marthe ne peut supporter cette usurpation. Englobant dans une même haine ces deux êtres qui, à ses yeux, l'ont profondément avilie, elle aussi mène son propre combat. Et contre toute attente, à la suite de soins obstinés, elle parvient, quelques années plus tard, à donner naissance à un fils. Dès lors, Joal va devoir apprendre qui il est exactement. Et vivre comme ceux que son éducation de « Grand Blanc » lui a jusque-là fait considérer en inférieurs. Les lecteurs et les lectrices de Jean-Louis Cotte connaissent bien son exceptionnel pouvoir de recréer la vie intime des êtres au sein des diverses conditions humaines et sociales. Les Semailles du ciel, roman puissant et direct qui dépeint magistralement cette vie coloniale du début du XIXe siècle, restera sans doute comme son meilleur livre. En une vaste fresque généreuse et lucide, il pose et condamne le douloureux problème de la ségrégation raciale.

  • Une analyse et un commentaire des Instructions officielles. Une méthode claire et rigoureuse de lecture et de compréhension des sujets. Des pistes d'étude et des sujets traités Un lexique de notions et repères fondamentaux.

empty