Dossiers D'aquitaine

  • Les anciens Ibères ou Celtes vénéraient la Garonne comme une redoutable divinité et considéraient que couper son cours naturel représentait une offense ou un sacrilège. La Garonne large de 500 mètres, soumise à l'effet des marées, présente un débit rapide sujet à des crues puissantes. Ni les Romains, ni les Anglais et encore moins les Français jusqu'au XIXe siècle ne se hasarderont à affronter le fleuve par la construction d'un pont. De plus, bateliers et gabariers ne voient pas l'intérêt de construire un pont sur la rivière Garonne qui porterait atteinte à leurs privilèges commerciaux. En 1808, Napoléon décide d'envahir l'Espagne, mais sa Grande Armée s'embourbe dans les marais proches de la Garonne. L'empereur ordonne la construction d'un pont pour faire passer ses canons. L'invasion de l'Espagne tourne au désastre et le pont de pierre ne sera construit et inauguré que le 25 août 1821 sous le roi Louis XVIII. Il faudra attendre le 4 avril 1965, soit 144 ans plus tard, pour assister à l'inauguration du second pont sur le fleuve. Le Bordeaux d'aujourd'hui, porte de l'Europe, souhaite accueillir un maximum de commerçants et de touristes et voit fleurir de multiples projets pour franchir plus facilement la Garonne et fluidifier la circulation.

  • Ô combien de marins. Ô combien de capitaines à jamais disparus... L'homme en dépit de son intelligence et des progrès de la science ne domptera jamais la mer. Il doit composer, négocier et s'adapter I ses caprices aussi imprévus que mortifères. Défier les océans lorsque les temples se déchaînent ou que les tsunamis surgissent, relève de l'inconscience. La surveillance du trafic maritime par satellite n'empêche ni les maladresses ni les incidents techniques et encore moins les actes de pirateries commis par des kamikazes fanatisés. Les naufrages et les drames de la mer dans le port de Bordeaux, dans l'estuaire de la Gironde ou le long des côtes atlantiques ont tous des causes différentes, la guerre en est souvent a l'origine. Homme libre, toujours tu chériras la mer ! La mer est ton miroir ! Les citations des poètes Victor Hugo et Baudelaire nous invitent a un grand respect et une grande humilité envers les flots, mais n'oublions jamais que si la sottise des hommes transforme souvent l'océan en cimetière, il est impossible de ne pas rendre hommage a nos capitaines, à nos marins et surtout nos sauveteurs bordelais. La lecture de ces différents récits donne a réfléchir sur la place de l'homme dans ces fortunes de mer et dans son devenir sur une planète de plus en plus polluée. Rien n'est perdu !

  • L'histoire des châteaux forts de Bordeaux, c'est l'histoire de la rébellion bordelaise face à une monarchie absolue, intransigeante et répressive allant jusqu'à imposer la construction de deux puissantes citadelles jumelles : le Fort du Hâ et le Château Trompette avec des canons tournés vers la cité afin de tenir les Bordelais aux fers.
    Cet ouvrage met l'accent sur le château Trompette surnommé la Bastille bordelaise. Cette forteresse a été construite sur ordre du roi Charles VII après la bataille anglo-gasconne de Castillon le 17 juillet 1453 et la reconquête de Bordeaux par les troupes royales françaises.
    Les révoltes bordelaises particulièrement celle de 1675, servent de prétexte à Louis XIV pour faire rebâtir et agrandir, sous les ordres de Vauban, le château Trompette.
    Louis XIV fait son «affaire personnelle» de l'agrandissement du château Trompette et fait abattre 300 des plus belles maisons de Bordeaux, le monument romain de «Piliers de la Tutelle», la porte Saint-Germain et deux couvents dont celui des Jacobins.
    En décembre 1816, la démolition de la Bastille bordelaise fera l'unanimité du peuple, de la bourgeoisie et de la noblesse.
    En complément de l'histoire du château Trompette, vous pourrez revivre le fabuleux destin du château fort du Hâ et suivre l'aventure du fort Louis Sainte-Croix. De ces trois monuments, il ne reste rien... ou presque rien.
    Une lecture indispensable pour comprendre «l'esprit bordelais».

  • Il était une fois... Burdigala (Bordeaux) ville gallo-romaine avec ses monuments grandioses, ses villas somptueuses et ses vignes environnantes, brillante par son université (auditorium). Hélas, en 277, les Barbares incendièrent et rasèrent la belle et prospère cité. L'empereur romain ordonna de construire un rempart, de cinq mètres d'épaisseur et de neuf mètres de haut, entouré de deux fossés avec seulement quatre portes d'entrée. Les rois d'Angleterre, en même temps ducs d'Aquitaine, en 1189 et en 1302, pour se protéger d'une invasion française ou espagnole agrandirent par deux fois la muraille romaine et ouvrirent une trentaine de portes en pierre, protégées par des tours, des ponts-levis, des barbacanes, des meurtrières. Bordeaux, ville close ressemblait alors à Carcassonne ou Concarneau. De ces portes, fermées chaque soir, destinées à arrêter l'ennemi et les maraudeurs, il ne reste aujourd'hui que la porte Saint-Éloi (Grosse Cloche) et la porte Cailhau. À partir de 1743, sur ordre du roi de France Louis XV, l'intendant Tourny ordonne la destruction du rempart et le comblement des fossés. Les portes militaires sont détruites ou remplacées par des portes en forme d'arc de triomphe. De nos jours, de la trentaine de portes ne subsistent que la porte d'Aquitaine, la porte de Bourgogne, la porte Dijeaux et la porte de la Monnaie. Portes décoratives, chères au coeur des Bordelais. Ce livre bien documenté et fortement illustré vous replonge dans 2.000 ans d'histoire.

  • Cette histoire de Bordeaux, en deux tomes, couvre bien plus de 2000 ans. Des tribus gauloises jusqu'aux projets des années 2.030 voire 2050, que de siècles se sont écoulés sous le ciel girondin. Ce premier tome, débute avec l'histoire d'un général romain prenant possession en Pan -56 d'une cite gauloise qu'il dénomme Burdigala, jusqu'en 1870, date a laquelle la statue de Napoléon III, de l'esplanade Tourny est jetée au fond de la Garonne. Après la chute de l'Empire romain, le duché d'Aquitaine finit par se retrouver dans l'empire des Francs de Clovis et de Charlemagne. Aliénor, la plus belle et la plus riche des princesses, devenue reine de France puis par son remariage reine d'Angleterre va bouleverser le destin de 1'Aquitaine. Il faudra plus de trois cents ans pour que les rois de France reprennent possession de Bordeaux. Malgré de terribles répressions et la construction de trois forts (Le fort du Ha, le château Trompette, le fort Louis) pour les "tenir aux fers ", les Bordelais n'accepteront ni les taxes ni les servitudes imposées par le pouvoir autoritaire des rois de France. Montaigne, symbole de la tolérance et Montesquieu symbole de l'égalité, vont servir de modèle aux "Révolutionnaires Girondins" qui "inventèrent la République ". Que vous soyez Bordelais ou de toute autre région, la lecture de ce passionnant voyage a remonter le temps, ne peut que vous conforter dans votre volonté d'être un citoyen épris de liberté.

  • Cette histoire de Bordeaux, en deux tomes, couvre bien plus de 2000 ans. Des tribus gauloises jusqu'aux projets des années 2030 voire 2050, que de siècles Se seront écoulés sous le ciel girondin. Ce deuxième tome débute avec la chute de Napoléon III et la proclamation de la Troisième République, le 4 septembre 1870. Au fil des guerres franco-allemandes, Bordeaux va devenir capitale de la France en 1870, 1914, 1940 et jouer un rôle politique. Durant les entre-deux-guerres, en 1900 et en 1925, Bordeaux va retrouver son rôle de cite commerciale avec ses grands voiliers et 'ses beaux navires de croisière. Bordeaux devient premier port de France grâce a ses exportations de vins et son commerce de produits fabriqués avec les Antilles, les colonies et autres parties du monde. De grandes expositions maritimes internationales vont mettre en valeur les échanges de marchandises et les importantes relations commerciales entre les peuples. Les guerres de 14-18 et de 39-45 avec les crises économiques qui s'en suivent vont stopper le développement du port jusqu'à la disparition totale et définitive du commerce maritime. Le réaménagement des quais en jardins-promenades, l'implantation des fêtes du Fleuve et du Vin relancent l'intérêt d'un port tourné vers le tourisme. L'inscription de Bordeaux au patrimoine mondial de 1'Humanité (Unesco), le projet Euro-Atlantique 2030 redonnent a la cite un rôle de premier plan européen. Bordeaux, ville d'art et d'histoire, de gastronomie et du bien vivre. Bordeaux, la cite préférée des Français et des touristes.

  • Bordeaux : l'hommage aux Girondins A Bordeaux, les parlements ont nourri l'esprit de résistance contre la royauté et créé l'esprit de révolte contre le pouvoir absolu. Bordeaux est une terre exposée aux rayons de la philosophie. La République ne pouvait que naître dans le berceau de Montaigne et de Montesquieu, ces deux grands républicains de la pensée française selon Lamartine.
    Pour le député Vergniaud, les Girondins avaient rêvé « d'une République pure au-dessus de tout chaos et de toute anarchie ». Plutôt que fuir ou trahir, ils ont gravi les marches de l'échafaud en chantant la Marseillaise. Girondins, vous qui avez préféré le dialogue à la baïonnette, vous êtes plus que jamais notre fierté.

    Napoléon : l'épopée de la Grande Armée 1808-1814 : Bordeaux a été au coeur du mouvement des troupes avec le passage, à plusieurs reprises, de la Grande Armée, chemin du Sablonat (aujourd'hui place Nansouty) pour aller guerroyer en Espagne. Napoléon lors de ses brefs séjours à Bordeaux ou à Bayonne a envisagé de faire de la capitale girondine la grande base arrière de l'Empire avec d'audacieux projets comme le pont de pierre ou l'hôpital de 1000 lits. Las, les guerres et les maréchaux dépensiers vont engloutir les budgets. Les promesses ne seront pas tenues et c'est la royauté qui achèvera les travaux.

  • Bateaux de Bordeaux, avez-vous une âme? Histoire de la Marine bordelaise Bateaux de Bordeaux, Vous qui fûtes plus de six cents, amarrés flanc contre flanc, de Bègles a Bassens, dans le port de la Lune, Vous qui fîtes de Bordeaux le premier port d'Europe, Nous les Bordelais d'au-delà de l'an 2000, Nous vous devons respect et devoir de mémoire. Des milliers et des milliers de bâtiments, a travers les siècles et les saisons, sur toutes les mers du monde, ont participé, de gré ou de force, aux conflits comme aux festivités. us ont accosté le long de l'estuaire ou dans la rade naturelle de Bordeaux, forgeant notre mémoire maritime collective. Bateaux de la liberté avec vos capitaines, vos matelots, vos passagers, avec vos marchandises et vos armements, Vous avez porte secours aux peuples menaces, transporté migrants et réfugiés, promené Belles Dames et gens fortunes mais aussi servi d'hôpital aux soldats blesses et de refuge aux naufragés. Laissez-vous embarquer dans ces histoires de bateaux au service des libertés conquises, parfois perdues, toujours retrouvées. Bateaux de Bordeaux, non seulement Vous avez une âme mais aussi un coeur qui bat au rythme des marées de la fraternité. Et pour cela, merci !

  • Bateaux de Bordeaux, avez-vous une âme ? Histoire de la Marine bordelaise.
    Ce tome 2, couvre la période de la guerre civile en Espagne de 1936, au lancement, en 1955, du dernier bateau militaire construit a Bordeaux: le Jauréguiberry, croiseur immortalisé par le film «Le Crabe tambour» et sa pléiade de vedettes. Après la guerre civile espagnole, les combattants républicains se réfugient en France ; les enfants malades sont évacués vers l'Amérique avec le Mexique et les combattants républicains avec le Winnipeg. Avec la montée des périls en 1939, la débâcle française en 1940, l'affrontement entre la Marine nationale fidèle au Régime de Vichy et elle prenant faits et causes pour les Forces Françaises Navales Libres les Bateaux de Bordeaux vont s'illustrer par des actes de bravoure. La Libération de Bordeaux, l'arrivée des premiers liberty-ships américains du plan Marshall, la reprise des activités, la crise industrielle provoquant la fermeture des chantiers navals, autant d'événements où vont s'illustrer paquebots de croisière, cargos mixtes et navires militaires. Bateaux de Bordeaux, non seulement vous avez une âme, mais aussi un coeur ; votre engagement pour la reconquête des libertés perdues en est la preuve.

  • Bateaux de Bordeaux, avez-vous une âme? Histoire de la Marine bordelaise Bateaux de Bordeaux, Vous qui fûtes plus de six cents, amarrés flanc contre flanc, de Bègles a Bassens, dans le port de la Lune, Vous qui fîtes de Bordeaux le premier port d'Europe, Nous les Bordelais d'au-delà de l'an 2000, Nous vous devons respect et devoir de mémoire. Des milliers et des milliers de bâtiments, a travers les siècles et les saisons, sur toutes les mers du monde, ont participé, de gré ou de force, aux conflits comme aux festivités. us ont accosté le long de l'estuaire ou dans la rade naturelle de Bordeaux, forgeant notre mémoire maritime collective. Bateaux de la liberté avec vos capitaines, vos matelots, vos passagers, avec vos marchandises et vos armements, Vous avez porte secours aux peuples menaces, transporté migrants et réfugiés, promené Belles Dames et gens fortunes mais aussi servi d'hôpital aux soldats blesses et de refuge aux naufragés. Laissez-vous embarquer dans ces histoires de bateaux au service des libertés conquises, parfois perdues, toujours retrouvées. Bateaux de Bordeaux, non seulement Vous avez une âme mais aussi un coeur qui bat au rythme des marées de la fraternité. Et pour cela, merci !

  • Bordeaux, un nom que toute la planète connaît, en premier lieu pour son vin, réputé comme le meilleur du monde et bon pour la santé selon le corps médical à condition de ne pas en abuser. Bordeaux, c'est aussi l'Esprit de Bordeaux, une paraphrase synonyme de tolérance et de liberté.
    Depuis l'antiquité et encore de nos jours, des hommes, des femmes dans la Cité de Bordeaux, se sont levés, se sont réunis, se sont battus pour lutter contre les envahisseurs barbares, les monarchies absolues, les dictateurs sanguinaires, en un mot contre tous ceux qui, profitant de leurs privilèges de commandement, ont voulu porter atteinte par les armes à la dignité humaine.
    Pour la première fois, un ouvrage met en valeur les hommes ou les femmes qui ont pris, par intérêt ou par amour, la défense de notre territoire aquitain et de ses habitants ; à chacun d'apporter son propre jugement à travers les biographies mises en valeur.
    Bordeaux vous ouvre ses portes Entrez sans frapper. Laissez-vous porter au fil des années... au fil des siècles... car l'histoire de Bordeaux, à travers ceux qui l'ont construite et parfois détruite... reste la vôtre.

  • Après la bataille de Castillon et la reconquête française, les seigneurs gascons vont se mettre au service du roi de France pour les batailles d'Italie et se laisser envoûter par les charmes d'une Renaissance culturelle qui touche tous les arts et toutes les activités.
    S'il faut neuf jours de diligence pour rejoindre Paris, une petite poignée de minutes suffisent pour courir, dans Bordeaux, d'une muraille à l'autre.
    La cité ceinturée par de solides remparts, en plus des deux nouvelles forteresses imposées par le roi Charles VII, donne l'impression d'une ville renfermée sur elle-même.
    Les révoltés de l'Ormée aux côtés des magistrats du Parlement vont prôner pour Bordeaux une république plus utopique que réaliste. Les princes frondeurs vont faire cause commune avec les partisans de l'Ormée. Du XVe au XVIIe siècle, le pouvoir royal va user de la force pour imposer sa loi, sur fond de guerres de religion.
    Divers personnages, du curé de quartier au cardinal, du poète au chef rebelle, du professeur humaniste à la princesse insoumise... vont, à leur façon et à certains moments de leur vie, être porteurs de cet humanisme qu'à travers les siècles, les historiens appellent « l'esprit de liberté de Bordeaux ».

  • Bordeaux terre de luttes et de révoltes.
    Après la Fronde, Bordeaux va de nouveau connaître les batailles de rues, malgré la volonté de Colbert de relancer le commerce avec l'Angleterre et développer l'industrie avec la création de chantiers navals.
    En 1675, les taxes sur la vaisselle d'étain et le papier timbré provoquent une violente révolte des artisans et du peuple. Le roi Louis XIV exerce alors sur la cité rebelle une cruelle vengeance sans aucun respect ni pour les personnes ni pour les biens.
    Au XVIIIe siècle, des architectes et des intendants de génie, Tourny, Victor, les Gabriel (père et fils) métamorphosent le Bordeaux du Moyen-Age en ville soeur de Versailles.

    Le Bordeaux de la Gironde et de la République.
    1798 : le mouvement des Girondins, de vrais révolutionnaires, pétris de tolérance et de fraternité, au nom d'une autre interprétation de la liberté, imposent la République, défendent l'égalité des sexes, créent les départements, luttent contre un centralisme parisien et préconisent un fédéralisme des villes et des régions.
    Les révoltés de 1675, les fédérés de 1789, succombèrent sous les coups des tortionnaires. Sous la Terreur, Bordeaux paya un lourd tribut mais n'abandonna jamais ce que les historiens appellent « l'esprit de liberté de Bordeaux ».

  • Dans la cité antique de Bordeaux, bâtie sur des marécages, traversée par de multiples ruisseaux, jaillissent des résurgences naturelles où s'abreuvent hommes et animaux.
    Les Romains dès le premier siècle captent les sources et par des aqueducs canalisent les eaux vers le centre de Burdigala. A partir du cinquième siècle, les premières traces de civilisation chrétienne apparaissent dans la cité, dès lors les sources profanes deviennent sacrées et la Garonne idolâtrée comme une déesse.
    Les invasions barbares, les guerres seront bien peu propices à la construction de fontaines. Ce n'est qu'à partir du quinzième siècle, avec la fontaine-puits de Saint-Christoly que commence l'histoire des fontaines de Bordeaux.

    La nécessité de disposer d'une eau consommable pour la population mobilise les autorités. L'invention d'une machine hydraulique pour élever l'eau à l'aide d'une pompe aspirante va permettre d'alimenter les quais et les marins en eau potable.
    Tout au long du dix-neuvième siècle, d'ambitieux projets vont couvrir les places publiques de splendides fontaines monumentales.
    Le décret Napoléon III, du 7 juin 1852, permet la construction d'un aqueduc de près de 12 kilomètres, pour amener les eaux du Taillan et de Saint-Médard dans le grand réservoir de la rue Paulin pour que chaque Bordelais puisse disposer de 100 litres d'eau par jour.

    Les progrès techniques au vingtième siècle permettent la création de réseaux souterrains pour la distribution des eaux. Dès lors, rien ne s'oppose à faire entrer l'art contemporain dans la conception de fontaines aux lignes inattendues et aux couleurs provocantes.

    Revivez la passionnante histoire des fontaines contemporaines, mais aussi celle des fontaines détruites ou disparues.
    Un bien passionnant voyage à remonter le temps !

  • Bordeaux leur doit sa liberté d'Esprit Bordeaux entre deux révolutions 1830-1848. En 1830, avec la prise de pouvoir du roi Louis-Philippe 1er s'installe la Monarchie de Juillet. La chute des Bourbons est plutôt bien accueillie à Bordeaux. Le changement de nom des rues et la mise à bas de la Pyramide de la place Nansouty ne provoquent aucune hostilité. Louis-Philippe ne viendra jamais à Bordeaux, trop occupé par les émeutes, l'épidémie de choléra de 1832 et les tentatives d'attentat contre sa personne. Ce monarque ni de droit divin ni issu d'un mouvement populaire, manque de légitimité. Attaqué de tous bords, la presse le ridiculise en caricaturant son visage sous la forme d'une poire. «Enrichissez-vous» lance le président du Conseil François Guizot à destination des pauvres, symbole d'une révolution de 1830 confisquée par la haute bourgeoisie. L'interdiction du banquet parisien des républicains prévu le 22 février 1848 se solde par la prise de pouvoir de la rue et la proclamation de la République par le poète Lamartine. À Bordeaux, négociants et armateurs détiennent le pouvoir, fortune faite sur fond de traite négrière et dans l'indifférence de la misère qui ronge le pays. Bordeaux sera la dernière ville à reconnaître la République. Et pourtant du cardinal à l'architecte, en passant par les maires et les peintres, que de personnages vont par leur humanisme développer ce que nous appelons la liberté d'Esprit. Passionnant !

  • Après avoir, durant quatre ans, effectué de véritables enquêtes pour cerner au plus près les emplacements des églises et des chapelles disparues ou désaffectées, des séminaires, des hôpitaux, des commanderies, des écoles, des foyers, des asiles et autres lieux d'accueil, de culture et de charité, le collectif des Dossiers d'Aquitaine, à l'aide de cartes, de documents, de photos, de témoignages, de faits historiques ont reconstitué notre patrimoine disparu. La Cour Mably, le cinéma Utopia, le Collège Cheverus, Saint-Genès, Santé Navale, Eiffel... restent des témoignages vivants du Bordeaux d'antan.

  • Quelle est la plus vibrante onde magnétique qui relie le Québec au Japon, en faisant escale en France ? La poésie Quelle est la plus belle façon de rassembler, de découvrir, d'échanger autour de morceaux choisis ? L'anthologie Quelle est la plus efficace façon pour allier, dans une forme ciselée, l'image et le son ? Le poème Les petits ruisseaux font les grandes rivières qui se perdent dans les immenses océans... Les petits poèmes, parfois, en disent long et pour longtemps... Dans cette anthologie, les mots se côtoient, brièvement certes, mais à jamais enlacés, pour notre plus grande joie... Amis lecteurs, laissez-vous surprendre...

  • Ce superbe recueil réunit des Haïkus rédigés par Henri Lachèze, traduits en anglais par Marie Lachèze et illustrés des magnifiques aquarelles de Claude Souteyrand. Comme l'auteur le dit lui-même: "Le haïku, c est comme l'Ikebana,c est du temps suspendu, de l'émotion concentrée et une réhabilitation du vide. Il obéit à des règles mais il doit en même temps, donner l impression d une éclosion spontanée et cacher sa complexité sous les apparences de la plus grande simplicité."

empty