Yvelinedition

  • Une presqu'île singulière, rive droite de la Gironde, plus près de Royan que de Bordeaux, sur la route des pittoresques petits ports de l'estuaire le plus vaste d'Europe, large, en cet endroit, de 12km. Une église du XIIe siècle perchée sur un promontoire « au péril des flots », fortifiée, en 1284, par Édouard 1er d'Angleterre, duc d'Aquitaine : il entoura la presqu'île de remparts pour en faire une citadelle et bâtir une ville - on dit ici un bourg - avec les pierres des ruines du Fâ, le port gallo-romain voisin. Par la suite, Anglais, Basques, Français, Espagnols, catholiques et protestants ont laissé leurs traces Sans oublier les Américains qui, en 1917, choisirent Talmont pour y construire un port gigantesque, apte à débarquer troupes et matériel : entreprise de dynamitage de roches, heureusement interrompue par l'armistice. Le modeste port actuel raconte encore, par les nuits sans lune, la façon dont les pêcheurs firent autrefois fortune avec le caviar des grands esturgeons. De l'autre côté de la baie, sur la falaise du Caillaud, moulins et moutons ont fait place aux vignobles. Après la promenade dans les rues et venelles fleuries du bourg, les visiteurs viennent y admirer le paysage, en suivant le vol des canards sauvages et des hérons cendrés...

  • Chaque printemps, vingt médiateurs expériments se réunissent au château de Montalieu. Ils viennent de tous les horizons. En toute liberté, ils approfondissent un enjeu majeur de la médiation. Ils invitent plusieurs penseurs à seconder leur réflexion. Leurs échanges sont alors repris dans un ouvrage de plus de cent pages. On y recense toujours, à parts égales : théorie et concept, contribution et concept, mises en situation, documents et informations utiles.
    La Neutralité est le thème du présent cahier. Un mot fétiche, sans cesse évoqué, invoqué, et revendiqué. Rarement pensé. Un enjeu éthique essentiels. Une attitude délicate et difficile à mettre en oeuvre.
    Convivialement, collégialement, les participants du Montalieu ont confronté leur expérience pour stimuler votre réflexion, pour vous apporter des outils théoriques et des techniques pragmatiques.

  • L'essence de la poésie

    Collectif

    Une belle rencontre a eu lieu entre ces trois poétesses et moi. Un lien d'amitié et d'amour s'est créé entre nous ! L'amitié au féminin, je les cite : ALBA, ANA PAULA, ILDA, ces écrivaines dont les prénoms sont sous le signe de la lettre A, comme Amour de la Poésie. De cette belle rencontre est né un livre ! L'Essence de la Poésie, que je garde dans un précieux coffret. Ces textes nous invitent à la découverte de la nature, de la vie, de l'enfance, de l'amitié, et surtout du grand Amour qui les unit. Chères lectrices, chers lecteurs, je vous souhaite un merveilleux voyage vers un autre Brésil ! Bonne lecture ! Sous le titre L'essence de la poésie, ce recueil se compose d oeuvres de trois poétesses du Brésil, et plus précisément du Rio Grande do Sul, l'Etat le plus méridional du pays. Il est bordé par l'océan Atlantique. L'Argentine et l'Uruguay sont à ses frontières. J'aime l'ordonnance soignée et vigoureuse de leurs vers. Elles ont su donner à chaque mot son poids, à chaque phrase sa gravité. Leurs poèmes n'ont pas moins de force que d'élégance. Le langage poétique ouvre inévitablement par moments les profondeurs de la tradition antique et immortelle. Athanase Vantchev De Thracy.

  • Tous les deux ans, des chefs confirmés du monde entier viennent se confronter à Lyon à la finale du Bocuse d'Or, après des éliminatoires organisées sur chaque continent. Cela se déroule dans le cadre du salon du SIRAH (prochaine finale : 27-28 janvier 2015). 5H35 de compétition, intégralement retransmises par de nombreuses chaînes de télévision, font de ce concours le plus important de l'univers culinaire. Une association, les BOCUSE D'OR WINNERS regroupe les trois lauréats de chaque édition, tous ceux qui remportent le bronze, l'argent et l'or. Elle compte aujourd'hui 39 chefs de 11 pays différents.
    Le précédent livre, POUR VOUS/FOR YOU, a remporté le premier prix des Gourmand Cookbook Awards 2013 dans la catégorie professionnelle.

  • Cet ouvrage explore et commente le cadre juridique applicable aux multiples formes de la médiation dans les relations de travail. A partir d'études des différents textes réglementaires, de témoignages et d'exemples, l'ouvrage brosse un portrait de ce qu'est aujourd'hui la médiation au sein des organisations en France, pointe les freins qui restent à lever et esquisse les axes qui permettront son essor.
    Ainsi, le lecteur découvrira au fil des pages un panorama de l'état de l'art, des questions qui se posent encore en droit, et des réponses aux besoins des entreprises que peut dès aujourd'hui apporter la médiation.

  • Ouvrage collectif sous la direction de Michel Guillard et Pierre-Marie Tricaud Un beau livre sur l'univers des caves et crayères de Champagne où s'élabore le breuvage le plus célébré au monde. C'est dans ces sous-sols frais, humides et silencieux qu'a lieu « la prise de mousse », jolie formule qui exprime l'alchimie grâce à laquelle un vin tranquille devient champagne : 1 500 000 000 bouteilles y sont pieusement conservées, sur 500 km de longueur, à une profondeur moyenne de 20 mètres et à un taux d'humidité autour de 90 %.
    Une encyclopédie qui dévoile un prodigieux monde labyrinthique, creusé par le temps et le génie des hommes, façonné par l'Histoire et qui se prête à bien des voyages entre réalité et imaginaire. Tous ceux qui y exercent leur profession ainsi que les visiteurs occasionnels témoignent de la puissance et de la magie que provoquent ces lieux quand ils y pénètrent.

    La Champagne en lice pour l'inscription au patrimoine mondial C'est aussi l'approche d'un territoire et de 5 départements : la Marne, l'Aube, l'Aisne, la Seine et Marne et la Haute Marne, dont « les coteaux, maisons et caves de champagne » concourent à l'inscription au patrimoine mondial de l'Unesco en 2015.

    De A comme abri à Z comme zouave Une pléiade d'auteurs : chefs de caves, historiens, géologues, propriétaires, gastronomes, architectes, chercheurs , récoltant-manipulant, universitaires et écrivains. Tour à tour, ils découvrent, explorent, creusent, se perdent, dégustent, se souviennent, racontent, se retrouvent, travaillent, dessinent, exposent, photographient et nous communiquent cette sensation unique de ville sous la ville.
    Une iconographie d'hier et d'aujourd'hui : archives, images précieuses, photos, dessins, affiches illustrant anecdotes et morceaux choisis, chroniques et entretiens et bien sur l'Abécédaire de A à Z au gré de la curiosité de chacun.

  • Collectif sous la direction de Stephen Bensimon, Dorothée Bernard, Pascal Denormandie, François Savigny.

    Le point de bascule » est un de ces concepts « indéfinissables » et qu'il est pourtant nécessaire de comprendre pour mieux agir, pour mieux accueillir et convertir en atouts humains les difficultés qui se présentent durant une médiation.

    Car il y a toujours un moment en médiation où tout médiateur sent et sait qu'il a « passé le cap Horn », passé le « cap des Tempêtes » qui semblait insurmontable une heure ou une semaine avant. Il en est souvent le premier étonné. Les personnes en médiation ne le sont pas moins. Que s'est-il donc passé ? Quelle est donc cette alchimie, cette dialectique où l'affrontement des négations produit du positif ?

    Avant tout, les médiateur et médiateures réunis à Montalieu ont voulu décrire ce qui se passe et comment ils le vivent, ce fameux point de bascule.

  • Recueil des communications de la journée de l'Association Nationale des Médiateurs du 7 octobre 2016.

    La place de l'excuse et du pardon en questions : le médiateur a pour tâche de faire prendre conscience de ce concept d'excuse et de pardon, d'impliquer les acteurs en conflit dans une analyse profonde de ce qu'ils sont afin qu'eux-mêmes s'approprient ce concept pour transformer leur vie dans une réalité apaisée. La médiation crée un espace favorable pour la concrétisation de ce processus d'excuse et de pardon.

  • Ce premier ouvrage d'une collection des Amis du Musée de la Ville de Saint-Quentin-en-Yvelines est consacré aux mairies-écoles. L'appellation « Maison d'école » figurant sur un frontispice est assez rare, elle concilie familièrement communauté villageoise et solennité républicaine.Ces bâtiments anciens témoins de l'école de jadis, que sont-ils devenus aujourd'hui ? C'est ce que nous vous proposons de découvrir ici.

  • Yvelinédition, en partenariat avec l'association Paysages de Champagne, édite le premier ouvrage de sa collection Inventaire des territoires, consacré à la côte des Blancs.
    Fruit d'un long travail de collaboration, cet ouvrage reprend les recherches entreprises dans le cadre de la candidature des paysages du champagne au patrimoine mondial de l'humanité et les développe pour un accès grand public.
    Plus qu'un inventaire exhaustif, cet ouvrage répertorie, dans chaque commune de la côte des Blancs, les éléments originaux qui façonnent le caractère exclusif de cette zone prestigieuse.
    Située dans la Marne, la côte des Blancs s'étend au sud d'Épernay sur environ 20 kilomètres, pour une superficie de 3 313 hectares, sur douze communes :
    Avize, Bergères-lès-Vertus, Chouilly, Cramant, Cuis, Grauves, Le-Mesnil-sur- Oger, Oger, Oiry, Vertus, Villeneuve-Renneville-Chevigny et Voipreux. La côte des Blancs doit son nom à la couleur du cépage qui y est planté à 95 %, le chardonnay, l'unique cépage blanc autorisé en Champagne. Les champagnes produits dans cette zone portent l'appellation « blanc de blancs ».
    Cet inventaire photographique illustre la typicité des paysages de la côte des blancs, l'originalité des maisons de champagne qui y sont bâties et dresse, pour la première fois, l'inventaire des caves de la zone.

  • Viens nous rejoindre, t'amuser et tout comprendre sur l'archéologie. Découvre l'univers des objets fabriqués par l'être humain et entre dans le monde de l'archéologie de façon amusante en 32 étapes.Colorie, dessine, réponds aux questions, bref joue avec nous pour devenir un archéologue en herbe.

    Mon cahier d'archéologie permet aux enfants de 5 à 8 ans de s'initier à cette science passionnante qu'est l'archéologie. Ils peuvent découvrir ce cahier en famille, l'utiliser seuls ou le partager avec leurs copains. Ce cahier peut les accompagner en vacances, en visites de musée, en voyages touristiques.
    Mon cahier d'archéologie sert également de support pédagogique aux acteurs de l'enseignement lors de séances scolaires ou parascolaires.

  • Bocuse d'or winners

    Collectif

    30 ans et toujours la même passion Ils viennent de 12 pays différents, ils sont montés sur le podium du plus prestigieux concours de cuisine au monde, le Bocuse d'Or, dont on célèbre les 30 ans en 2017. Cet ouvrage vous livre pêle-mêle des photos d'ambiance, des informations, des anecdotes... et des recettes adaptées aux amateurs (un peu avertis) sur le thème des amuse-bouche !
    Un chapitre évoque aussi l'engagement de ces cuisiniers du monde en faveur du microcrédit solidaire à travers www.babyloan.org.

  • En 1912, Matisse, en vacances avec sa famille au Maroc, écrit à Georgette Agutte, une amie peintre, l'épouse de Marcel Sembat, homme politique socialiste et ministre français des Travaux publics (1914-1916).
    Après un récit de ses explorations et du temps qu'il fait, Matisse commence à décrire à son amie plusieurs idées de tableaux qu'il a. Il étaye ces descriptions de croquis qui donneront naissance aux célèbres tableaux Les acanthes (1912), La palme (matin de mars près de Tanger) (1912) et Nature morte aux oranges (1913).
    Ces croquis, et le texte qu'ils accompagnent, dévoilent ainsi la méthode de travail de Matisse : il décrit les couleurs et les formes qu'il compte utiliser et présente une disposition quasi-finale des éléments.

  • Bocuse d'Or Winners'Academy Chaque année, des chefs confirmés d'Europe et du reste du monde viennent se confronter, après des éliminatoires organisées sur chaque continent, à la finale du Bocuse d'Or lors du grand salon mondial du SIRAH de Lyon (prochaine finale :
    26-30 janvier 2013). 5H30 d'une compétition acharnée, intégralement retransmise par plus de 100 chaînes de télévision, font de ce concours le plus important de l'univers culinaire.
    Une Académie a été créée et regroupe les 3 lauréats de chaque concours. Elle compte aujourd'hui 36 membres.
    Cette année, l'Académie a choisi Yvelinédition pour réaliser un livre grand public.

  • L'association philatélique, cartophile et numismatique de Tournon-Tain a réalisé un livre Tournon-Tain à la carte : deux mondes se rejoignent, l'Auvergne et le Dauphiné. Le Rhône, qui les a longtemps séparés, les unit désormais grâce aux ponts de Marc Seguin... Dans cette démarche, ce présent ouvrage mêle les souvenirs des deux communes.

    On y découvrira près de deux cent trente reproductions : cartes postales, documents et photos anciennes, dont des raretés. Il ne s'agit pas d'un parcours nostalgique du bon vieux temps, celui-ci avait aussi ses difficultés et ses drames, mais de plonger dans les racines récentes de Tain et de Tournon, de donner du sens à des promenades, à des bribes d'histoire qui ont été transmises.

  • Chaque année, le REBRA, sous la direction de sa fondatrice et actuelle présidente Joyce Cavalccante, publie une nouvelle anthologie de textes d'un nombre chaque fois plus important d'écrivaines. Que les rencontres et les anthologies futures servent à porter à la connaissance d'un public chaque fois plus nombreux les multiples voix féminines. Que ces voix trouvent, à leur tour, une traduction dans d'autres langues. Que les générations futures, comme les futures listes de livres à lire dans les cours universitaires, incluent un plus grand nombre de ces voix. Pourquoi ? Parce qu'elles nous aident à définir ce que nous sommes et ce que nous pourrions être, à imaginer notre existence sous une forme différente, à dépasser nos luttes et à nourrir la force essentielle de plus de la moitié de l'espèce humaine. Que ce nouveau millénaire, rencontre après rencontre, anthologie après anthologie, voix après voix, page après page, soit de plus en plus le nôtre !

    C'est une tâche extrêmement gratifiante d'écrire, une nouvelle fois, le texte des rabats pour un recueil composé d'oeuvres littéraires écrites par des collègues auteures brésiliennes membres du REBRA. Et, cette fois, l'enthousiasme est particulier, car il s'agit d'un show : show du talent brésilien, titre conquis de haute lutte par nous toutes, car il n'est pas facile de s'extraire de l'âme des mots capables de modifier l'essence humaine. Y parvenir, c'est promouvoir un show. Toutes les langues sont faites d'autres langues. C'est le cas depuis le temps où la mer Morte ne l'était pas encore. Pour se développer et accomplir sa nature dynamique, une langue doit s'ouvrir sur des espaces pour assimiler des mots étrangers, les incorporer, au début, comme de simples illustrations puis, ensuite, comme des composants essentiels du raisonnement développé dans l'établissement d'une idée, d'un texte, d'une communication, tout comme d'une oeuvre littéraire comme celle que nous publions maintenant. À notre époque, où la globalisation est devenue le mot d'ordre, dynamiser notre langue mère est devenu plus que jamais nécessaire et même, à cause de la vitesse des offres technologiques, urgent. Il faut capter l'attention de notre public pour en élargir le cercle et, ainsi, révéler le lecteur qui existe en chaque être humain, car tous méritent d'ouvrir leurs ailes aux vents de la littérature. Donc, en cette occasion où nous offrons au public lecteur une présentation à ce point significative du talent littéraire brésilien, soit en prose, soit en vers, nous en profitons pour inclure cette offre dans un concept plus dynamique en ajoutant le mot « show » - emprunté à l'idiome de Shakespeare - à notre déjà traditionnel concept de démonstration - de « montre » mot emprunté à l'idiome de Molière - présente dans toutes les publications collectives du SER-Selo Éditorial REBRA. Le mot « show », dans le dictionnaire de la langue portugaise, est décrit comme : spectacle de divertissement, avec la représentation de plusieurs (ou, parfois, un seul) artistes très populaires. C'est exécuter une performance brillante. C'est se présenter sur scène. Toutes ces définitions répondent parfaitement au résultat final de l'anthologie que nous présentons ici ? ; fait qui nous porte à croire que nous avons suivi le chemin que nous nous étions proposé quand nous nous sommes réunies en association pour montrer au monde entier l'excellence de la littérature produite par les femmes du Brésil. Ceci dit, nous allons employer tous nos efforts à porter ce show à la connaissance du public lecteur, de la critique spécialisée, du monde intellectuel en général, et plus particulièrement des très nombreuses universités brésiliennes et étrangères dont la mission est de propager la littérature écrite dans notre langue, tâche que nous avons exercée tout au long de ces 12 ans de dévouement opiniâtre. Cela ne coûte rien de travailler avec la beauté. En conclusion, le REBRA - Réseau d'écrivaines brésiliennes - a l'honneur de présenter ici 62 textes littéraires écrits exclusivement pour enchanter vos coeurs et déployer vos ailes. Bonne lecture.

    Joyce Cavalccante Présidente

  • C'est au cours d'une belle cérémonie, où Eliane Mariath Dantas agissait en tant que présidente de la Fédération des Académies des Arts et Lettres de Rio de Janeiro, qu'est né notre rêve de promouvoir, traduire et éditer les écrivains, écrivaines, poètes et poétesses de Rio de Janeiro et de rendre hommage aux Français au travers de cette belle anthologie intitulé Les poètes brésiliens à Paris. Ici, c'est la poésie qui nous emmène à Rio : au pays du soleil, de belles plages, de la beauté, de la musique : Rio la Ville merveilleuse, terre de la coupe du monde, des Jeux olympiques, est aussi une terre de passionnés de l'Art et des Lettres. Le Brésil a toujours été une terre célèbre pour ses pierres précieuses. Mais la poésie est elle aussi un joyau non moins précieux. Cet ouvrage est une pierre rare taillée pour vous en plus de trente facettes pour mieux en exhaler l'éclat et la beauté. Chaque artiste fait à la fois ressortir son talent et celui des autres participants à ce recueil, tant les oeuvres ont été bien sélectionnées pour montrer la vitalité de la tradition poétique de Rio, tradition qui est aussi, avec ses spécificités régionales, celle de ce pays-continent tout entier. Diva Pavesi Et voici que soudain, la Poésie a uni, comme par magie, deux pays éloignés, deux langues aux racines semblables, deux villes : la Ville lumière, et la Ville merveilleuse. Le portugais et le français réunis, la tour Eiffel et le Christ Rédempteur s'étreignant à travers les rimes, inspirés par l'amour et illuminés par les couleurs d'un idéal. Voici des Poètes brésiliens qui se révèlent à l'essence française à travers leur héritage culturel et leurs histoires. . et en plantant dans le ventre de la Terre des graines qui naissent poèmes, qui germent en livres et qui fleurissent sous forme de pétales veloutés de pure poésie. Eliane Mariath Dantas

  • Louis Blériot est le premier aviateur à traverser la Manche, le 25 juillet 1909. Cet exploit lui ouvre les portes de la gloire, mais aussi celles des succès financiers. À l'automne de la même année, il achète à Buc un terrain de plus de 200 hectares pour y implanter son aérodrome privé.

    La région est déjà riche de terrains d'aviation :

    - Satory, où Clément Ader a effectué un premier saut en 1897 ;

    - Toussus-le-Noble, où Robert Esnault-Pelterie (en 1907) et Maurice Farman (en 1909) viennent de s'implanter ;

    - Saint-Cyr et Châteaufort, ouverts en 1907 ;

    - Villacoublay en 1908.

    Louis Blériot a l'ambition d'intéresser le grand public aux progrès de l'aviation et de développer le tourisme aérien. Pour cela, il ne crée pas un simple aérodrome, il fonde un vrai parc d'aviation aux activités multiples (formation, essais, spectacles) qu'il nomme « aéroparc ». Désormais, les destins de Buc et de Louis Blériot sont liés.

    Ce livre évoque les grandes pages de l'histoire de l'aviation, retranscrite à travers les regards croisés des aviateurs et des Bucois, qui ont vécu et partagé des moments forts, parfois douloureux.

  • Depuis Napoléon III, la France s'écrit un « roman » avec l'Histoire : censure, oubli, déformation, lois et décrets... Et la période 1954-1963 est certainement celle qui cristallise tous les défauts. Ce que l'on a nommé jusqu'en 1974 « les événements d'Algérie » est une période de notre Histoire que l'on a cherché à enfouir, d'autant plus que, dès 1954, la Métropole avait tourné la page. Indochine, Maroc, Tunisie, Algérie, Madagascar, . que d'obstacles à abattre pour que démarre les trente glorieuses. Les « engagés », qui ont enchaîné 39-45, l'Indochine et l'Algérie, ont apporté leurs témoignages, leurs révoltes.
    Quant aux appelés du contingent, la « Nation en armes », cela a été la chape de plomb dès leur retour. La Nation, à ce moment-là, préférait déambuler sur les Champs Elysées ou découvrir Saint Tropez plutôt que de porter les armes. Interdit de se souvenir ! De commémorer !
    Un petit noyau d'appelés ont commencé à bouger. Les événements d'Algérie sont devenus Guerre d'Algérie, des monuments aux morts ont été érigés. Ce que l'on appelle aujourd'hui travail de mémoire se met en route, avant qu'il ne soit trop tard, que cette génération ne disparaisse.
    En 2004, Jacques Lollioz, alors maire de Magny-les-Hameaux, et Gaëtan Pellan, Responsable des affaires culturelles, à cette époque, ont souhaité créer un monument aux morts qui permettrait de travailler, avec les enfants de la Ville, sur les notions de guerre, de paix et plus largement sur le devoir de mémoire.
    Cela a été le point de départ d'un travail de mémoire sur la Guerre d'Algérie. Dans ce mouvement, ce livre permet de faire resurgir des mémoires la nostalgie et l'histoire d'une jeunesse. Une jeunesse volée à la vie de 21 Magnycois qui se souviennent.
    La mémoire nécessite un travail en profondeur, en particulier avec les enfants. Ce livre, comme le lieu de mémoire de Magny-les-Hameaux, en sont des traces concrètes. Le devoir, ou « plaisir » de mémoire que nous agitons tous les ans avec les enfants des écoles de la ville de Magny-les-Hameaux, en créant un livre infini au fil des ans, inscrit cette trace dans la lumière.
    Cet ouvrage constitue une étape importante dans ce travail de mémoire. D'un abord facile, il permet à chacun des 21 anciens que la journaliste Anne-Sophie Chilard a interrogé de témoigner de cette période sombre de leur vie, de dire leur ressenti. Il vous sensibilisera aux conséquences d'une guerre si mal fichue.

empty