Un dernier verre au bar sans nom

Donnez votre avis

Cet ouvrage n'a pas encore été noté

Un dernier verre au bar sans nom

Traduction Celine Leroy  - Langue d'origine : Anglais (etats-unis)

Liste

Fin des années 50, entre San Francisco et Portland, alors que la Beat Generation rebat les cartes de la littérature sur fond de jazz, un groupe de jeunes gens rêve d'une vie d'écriture, Charlie revient de la guerre de Corée avec le puissant désir d'écrire « le Moby Dick sur la guerre », Sur les bancs de la fac, il rencontre la très talentueuse Jaime, rejetonne de la classe moyenne. Coup de foudre quasi immédiat. Mais au temps de l'amour succède celui de l'apprentissage, et les rêves vont devoir s'accommoder des tours joués par la vie. Quels écrivains vont devenir Charlie, Jaime et leurs amis : le flamboyant Dick Dubonet, le voyou orphelin Stan Winger ou encore le discret Kenny Gross ? Un ex-taulard peut-il intégrer le monde des lettres ? Un écrivain peut-il vraiment conquérir Hollywood ? Roman d'apprentissage littéraire, mais aussi d'amour et d'amitié où l'alcool coule à flots, Un dernier verre au bar sans nom, oeuvre posthume, réunit tous les thèmes chers à Don Carpenter.

Poche
8.40 €
Ajouter au panier

Autres informations

  • EAN 9782264065278
  • Disponibilité Disponible
  • Nombre de pages 452 Pages
  • Longueur 18 cm
  • Largeur 11 cm
  • Épaisseur 3 cm
  • Poids 249 g
  • Distributeur Interforum

Rayon(s) : Littérature générale > Romans & Nouvelles


Biographie

Don Carpenter - Né à Berkeley en 1931, Don Carpenter a passé les premières années de sa vie en Californie avant de s'installer à Portland, Oregon. Engagé dans l'armée de l'air durant la guerre de Co- rée, il stationne un moment à Kyoto, et s'éprend de culture japonaise. De retour aux USA, il se marie en 1956 puis part vivre à San Francisco. Conforté par le succès de Sale temps pour les braves, il délaisse l'enseignement pour se consacrer à l'écriture, se mêle à l'extraordinaire effervescence de la scène littéraire locale. Il travaille comme scénariste pour Hollywood, longue et pénible expérience, féconde en revanche sur le plan littéraire, puisqu'il y trouvera l'inspiration de trois romans. Divorcé au milieu des années 70, accablé par la maladie dès le début des années 80, une décennie assombrie par le suicide de son grand ami Richard Brautigan, Don Carpenter mène dès lors une vie d'ermite et d'écrivain dans son petit appartement de Mill Valley, non loin de la baie. C'est là qu'il met fin à ses jours en 1995.

empty