/

Déjà lu ?

Donnez votre avis

Recommandez ce produit

Liste

Sur 1 avis clients

Donnez votre avis

Je ne sais pas encore que cette cité a été dessinée par le même homme qui pensa l'immeuble dans lequel j'ai grandi. Je ne sais pas encore qu'une pierre de taille, fameuse, me relie à cet endroit. Je ne sais pas encore que, pour aller d'un endroit à un autre, il ne suffira pas de traverser la mer, il faudra traverser la guerre, entendre la lutte et voir se déployer dans des textes, dans des voix, une démente escalade de violence. Je ne sais pas encore que la drogue qui se vend dans la cour aux deux cents colonnes sur ces hauteurs d'Alger, et qui rend méfiants les quelques jeunes attroupés tout à l'heure autour de nous, je l'ai croisée il y a vingt ans dans la Cité heureuse. En 2009, Marie, la narratrice, est à Alger. Sur les hauteurs de Bab el-Oued, elle est subjuguée par la cité qu'y construisit entre 1954 et 1957 l'architecte Fernand Pouillon, appelée « Climat de France ». Saisie par la nécessité de comprendre l'émotion qui l'étreint, celle qui a grandi à Meudon-la-Forêt, dans la « Cité heureuse » du même Pouillon, entreprend alors une plongée dans le passé : le sien, celui des édifices et de leurs habitants. Plusieurs récits se succèdent et s'entrelacent, comme autant de fragments d'une même histoire dont elle traque le motif : le souvenir d'une nuit de 1997 à Meudon-la-Forêt, quand Marie, treize ans, ne parvient pas à s'endormir à cause des chants de deuil résonnant dans la cage d'escalier ; l'arrivée de Fernand Pouillon à Alger en mai 1953, invité à construire mille logements pour la fin de l'année par un jeune maire récemment élu ; les confidences de Malek, que ses parents, sentant le vent tourner, ont envoyé en France en 1956 et qui en 2016 habite encore la « Cité heureuse ». Ici, comme en écho à celle de la narratrice face aux pierres de Pouillon, l'émotion naît de l'extraordinaire acuité avec laquelle l'écrivain évoque le quotidien de ces hommes et de ces femmes que l'histoire, parfois à leur insu, a traversés et qui, de part et d'autre de la Méditerranée, obstinément et silencieusement bâtissent leur vie.


empty