Le bonheur des tristes Le bonheur des tristes
Le bonheur des tristes Le bonheur des tristes

Le bonheur des tristes

À propos

« Je savais bien deux choses pour les avoir vues moi-même, je savais les fleurs et les étoiles. J'avais pris un pot de géranium et planté les fleurs dans la terre et les racines vers le haut. Mais lui s'était tordu la tête comme quelqu'un qui se bat et était remonté par- dessus ses racines.
« Les fleurs remontent vers les étoiles parce que les étoiles leur donnent à boire. On voit les étoiles dans les puits, mais au contraire les étoiles sont des puits et la pluie et la rosée tombent de là. » Dans ce premier roman (1935) Luc Dietrich revit les vicissitudes de son enfance jusqu'à la mort de sa mère. Ses images dures, alliées à une sensibilité toute tendue vers le déta- chement, enthousiasmèrent la critique qui vit là davantage qu'un roman : une sorte de quête de soi, entre douleur et limpidité, la confession candide et cruelle d'un être qui n'a jamais guéri de son enfance - « une somme de pensée et de science enfantines », comme a pu dire Lanza del Vasto.

Rayons : Littérature générale > Romans & Nouvelles

  • EAN

    9782868536136

  • Disponibilité

    Disponible

  • Nombre de pages

    220 Pages

  • Longueur

    18 cm

  • Largeur

    12 cm

  • Épaisseur

    1.7 cm

  • Poids

    212 g

  • Distributeur

    Belles Lettres

  • Support principal

    Grand format

Infos supplémentaires : Broché  

Luc Dietrich

Luc Dietrich, est né en 1913 à Dijon. Orphelin de père à l'âge de six ans, il mena
une vie itinérante avec sa mère qui, minée par la drogue, disparut à son tour en 1931.
Il s'engagea alors dans une vie désarticulée, basculant d'amour en amour, passant sans
transition ni scrupules de la pauvreté la plus sordide à la richesse frelatée des milieux
de la drogue et de la prostitution. En 1930, il publie sous le nom de Luc Ergidé un
premier recueil de poèmes Huttes à la lisière. Mais c'est Lanza del Vasto, rencontré en
1932, qui lui révéla ses talents d'écrivain et le poussa dans la voie de la «connaissance».
Ils écrivirent ensemble le Livre des rêves, proposé en 1934 à Grasset qui le refusera.
Fortifié par cette expérience, Luc Dietrich commença la rédaction de son premier roman
La Leçon de vie qu'il présentera avec l'approbation de Lanza del Vasto à Denoël. Le livre sera publié en
1935 rebaptisé Le Bonheur des tristes et amputé des quatre derniers chapitres. Parallèlement à l'écriture,
Dietrich s'intéresse à la photographie et présente sa première exposition à Paris en 1937. Il est mort en 1944,
laissant une œuvre brève, lumineuse et fulgurante comme son existence torturée de détresse et de désir.
- Nos éditions ont publié, en 1998, un important Cahier Luc Dietrich comportant de nombreux textes
critiques, des inédits, des photographies.

empty